YALI RLC Dakar: Plus qu’un programme de leadership, un espace authentique de synergie et de création de liens forts entre jeunes leaders africains …

IMG-20170527-WA0077.jpgIMG-20170522-WA0094.jpgC’était une formation de leadership de six semaines comme prévu, mais cela s’est avéré être un espace incroyable de synergie et de création de liens solides qui pourraient durer le reste de notre vie. Du premier au dernier jour du programme, les choses se sont si vite passées qu’on se demande si on a vraiment passé les six semaines tout en ayant l’impression de se connaître depuis des siècles … Quelle situation paradoxale!

Tout a commencé avec une équipe d’accueil jeune, dynamique et très aimable  à l’aéroport, puis à l’hôtel (Magic Land) la magie s’est mise en marche . On nous a donné des chambres appropriées et bien équipées pour avoir un sommeil royale, mais il était presqu’impossible de dormir si vous souhaitez vraiment profiter du programme entièrement et des opportunités de réseautage offertes.

IMG-20170525-WA0028.jpgIMG-20170525-WA0022.jpg

«Nous devons admettre que le programme en lui-même était très exigeant et bien planifié, ne nous  laissant presqu’ aucun répit, c’était passionnant de suivre toute la formation, de prendre part aux activités parallèles organisées par les participants les soirs jusqu’à minuit et bien au-delà parfois. Les membres du personnel étaient très agréables et hospitaliers, créant ainsi un environnement propice  aux participants. Rencontrer tous ces jeunes leaders africains, apprendre de leurs expériences est quelque chose d’unique qui a fortement contribué à construire un nouvel état d’esprit, une mentalité qui se concentre sur l’avancement de l’Afrique, partant de tous les coins du continent. Une mentalité qui considère l’Afrique comme un pays et chaque pays comme un village ou une ville, donc je suis fier d’être ASSOGBA METONDJI, un africain du “quartier” ouest-africain le Bénin. Une telle mentalité ne favorise rien d’autre qu’une culture de paix qui s’efforce de rendre  meilleur notre Afrique.

IMG-20170515-WA0049.jpgIMG-20170530-WA0036.jpgLes centres régionaux de leadership YALI doivent survivre; les différentes organisations régionales dont l’UA, la CEDEAO et la plupart des chefs d’Etat africains, sans oublier les personnes dotées des pouvoirs financiers et institutionnels appropriés, soucieux de contribuer à faire de l’Afrique un meilleur  endroit, devraient se rapprocher des Centres Régionaux de Leadership. et évaluer dans quelle mesure ils pourraient aider à soutenir l’Initiative de leadership des jeunes africains. si cette initiative venait à exister pendant près d’un demi-siècle on aurait considérablement changé l’Afrique et contribué à l’union que nous souhaitons tant depuis des décénies.

IMG-20170525-WA0055.jpg

En réalité, le YALI va bien au-delà de ceux qui ont été sélectionnés pour participer au programme, le YALI est fait de chaque jeune Africain qui pose quotidiennement un acte de leadership comme vous.

IMG-20170605-WA0017.jpgAtman BOUBA, un leader exeptionnel nous a dit lors du briefing au Bénin avant notre départ pour Dakar que  des larmes allaient couler le dernier jour du programme, en effet des larmes ont coulées. Mais ces larmes n’avaient rien à voir avec la douleur et la tristesse,  c’étaient des larmes d’espoir et de bonheur,IMG-20170529-WA0006.jpg des larmes d’amour et de détermination à avancer ensemble comme une seule personne … .IMG-20170521-WA0000.jpgdes larmes enveloppées dans un chant d’identité culturelle qui nous aidera à relever les défis à venir, IMG-20170521-WA0009.jpgun chant qui nous rappellera d’où nous venons, où nous sommes, et surtout où nous allons  …

IMG-20170515-WA0029.jpg“Nous sommes les leaders;

Nous sommes le YALI;

Nous sommes ceux qui s’unissent pour faire avancer l’Afrique,

C’est le choix que nous faisons,

Nous changeons l’Afrique, 

C’est vrai que nous en faisons un meilleur endroit, juste toi et moi.”

 

ASSOGBA METONDJI.

metondji@gmail.com

Advertisements

YALI RLC Dakar: More than a Leadership Program, an authentic room for solid tights among young African Leaders…

IMG-20170527-WA0077.jpgIMG-20170522-WA0094.jpgIt was a six weeks leadership training as scheduled, but it turned out to be an amazing room for solid tights that might last for the rest of our lives. From the day one to the last day of the program things went on so fast that we wonder if we really spent the six weeks at the same time we felt like we’ve known each other for centuries…. What a paradoxical situation!

It all started with a friendly young welcome team at the airport, then at the hotel (Magic Land) the magic started operating. We were given appropriate rooms well equipped to have sound sleep but it was almost impossible to really sleep if you wish to take advantage of the full programme and the networking opportunities given to us.

IMG-20170525-WA0028.jpgIMG-20170525-WA0022.jpgWe have to admit that the training program itself was very tight and well planned, giving us no real break, it was exciting to undergo all the training, to be part of the extra curricular activities organized by participants in the evenings up to midnight sometimes. The staffs were very friendly in order to create a conducive environment for participants. Meeting all those young African leaders, learning from their experiences is something unique that strongly contributed in building a new mindset, a mentality that focuses on moving Africa forwards from every single corner of the continent. A mentality that considers Africa as a country and each country as village or a town, therefore proud am I to be ASSOGBA METONDJI, an African from the Benin Republic “Village”. Such mentality promotes nothing but a culture of peace that endeavors in making efficiently Great our Mama Africa.
IMG-20170515-WA0049.jpgIMG-20170530-WA0036.jpgThe YALI Regional Leadership Centers must survive; the different regional organizations including the AU, the ECOWAS and most of the African Head of States or individuals equipped with the appropriate financial and institutional powers, that care about contributing in making Africa an extremely attractive place to be should get closer to the Regional Leadership Centers and Evaluate how far they could help sustain the African Leadership Initiative in Africa. It sustained for almost, half a century this would have significantly changed positively Africa and contributed to the most wanted union.

IMG-20170525-WA0055.jpg
Here is the thing, the YALI is more than those who were selected to attend the program, the YALI is made of every single young African that conduct on a daily basis an act of leadership just as You.IMG-20170605-WA0017.jpg
We were told that  tears will be shared on the last day of the program, indeed tears were shared. The latters have nothing to do with pains and sadness, they were tears of hope and happiness, IMG-20170529-WA0006.jpgtears of Love and determination to move forwards together as one….IMG-20170521-WA0000.jpgtears wrapped in a song of cultural identity consciousness that will help us stand tall the challenges that will come our way, IMG-20170521-WA0009.jpga song that will remind us where we come from, where we are, and above all where we are heading…
We are the Leaders;
We are the YALI;
We are the ones who stick together here to move Africa,
Here is the choice we are making,
We’re changing Africa,IMG-20170515-WA0029.jpg
It’s true we make it a better place, just you and me.

 

ASSOGBA METONDJI.

 

A simple act of leadership that carries greatness … “Seydina Issa Laye Community Development Project”, “Protecting the Children Association” Dakar, SENEGAL

IMG-20170528-WA0119.jpgBeneficiaries of the YALI Dakar program, cohort 6 and taking part in the Public Management Program: Jean WANTA from Togo, David BADAWE from Cameroon, Yann ONESIME DOUE from Côte d’Ivoire, David ZAUCYN the Benino-Ivorian and myself Morgan ASSOGBA METONDJI helped the “Protecting the Children Association” of the Seydina Issa Laye community development project to implement an event that was quite relevant for the center.
One of the principles of the YALI Dakar is to get beneficiaries to conduct community projects in small groups during their stay of 6 weeks before returning to their respective countries.these community projects are supposed to benefit from a small subsidy each, but for a certain reason the public management program in which we were registered could not take advantage of the subsidies, that was a surprise for our small group led by our brother ZAUCYN with whom Steps had already been taken to support the “Protecting the Children Association” that function under the Seydina Issa Laye Community Project, which provides exceptional care for “talibé” children in Dakar.

IMG-20170528-WA0114.jpgIMG-20170528-WA0100.jpg A first visit to the center allowed us to see the tremendous work the team was carrying on education and hygiene for these children.we met an exceptional woman, a mother who shows unconditional love to these young children and who supports with her meager means the work done by the young and very dynamic team of the center.
 We arrived at the center at a time when a playful and festive recreative event was scheduled to allow these children to forget their daily challenges and enjoy a pleasant meal while having fun.

IMG-20170528-WA0089.jpgSo how do we implement our project full of very interesting activities without the famous grant? That was the equation to solve … .The transformational leadership that was taught to us during the training allowed us to understand that in the absence of a project, an act of leadership could be posited to accompany this ongoing project.So we had to work side by side with each other to make a small contribution, by making a donation in kind. The latter fortunately brought joy to the young team who made a few dance steps of the “Mballa” that night with us. But the most wonderful is the joy that their event has brought to these children.IMG-20170525-WA0166.jpgIMG-20170528-WA0117.jpgIMG-20170528-WA0104.jpg

Young leaders who are able to bring so much joy to ‘talibé’ children, As a team, being able with so little money  to bring happiness to children is an intiative that must be encouraged. More than an event, the ” Protecting the Children Association” is dedicated entirely to the cause of “talibé” children, offering African solutions to an African social situation, involving religious leaders and parents in their solution approach.

IMG-20170528-WA0112.jpg

No matter where you are, a simple act of leadership is enough to help improve the living conditions of these young African leaders of tomorrow: those”talibé” children, via the community project Seydina Issa Laye, especially the “Protecting the Children Association”.

Contact the secretary of the center Fatou Bintou TOURE (fabi3406@gmail.com),  Omar SOW at +221775271043, or
senegalape@gmail.com
Tel: +221775184540

 

Un simple acte de leadership qui en dit long…l’Association Protégeons l’Enfant du ” Projet de développement communautaire Seydina Issa Laye” Dakar, SÉNÉGAL

IMG-20170528-WA0119.jpgBénéficiaires du programme YALI Dakar, cohorte 6 et prenant part au programme Public Management: Jean WANTA du Togo, David BADAWE du Cameroun, Yann ONESIME DOUE de la Côte d’ivoire, David ZAUCYN le Bénino-ivoirien et moi-même Morgan ASSOGBA METONDJI avions aidé l’Association Protégeons l’Enfant du projet de développement communautaire Seydina Issa Laye à mettre en oeuvre un évènement qui lui tenait à coeur.IMG-20170525-WA0156.jpg
L’un des principes du YALI Dakar est d’amener les bénéficiaires à conduire en petits groupes des projets communautaires pendant leur séjour de 6 semaines avant de rentrer dans leurs pays respectifs. Ces projets communautaires sont sensés bénéficier d’une petite subvention chacun, mais pour une raison donné le programme public management dans lequel nous étions inscrits ne devait pas en bénéficier, ce qui fut une surprise pour notre petit groupe dirigé par le frère ZAUCYN avec qui des démarches avaient déjà été prises pour soutenir l’Association Protégeons l’Enfant du  Projet communautaire Seydina Issa Laye qui s’occupe de façon exceptionnelle des enfants “talibé” à Dakar.

IMG-20170528-WA0100.jpgUne première descente sur le terrain nous avait permis de voir le travail formidable que fait l’équipe du centre en matière d’éducation et d’hygiène à l’ endroit de ces enfants. Nous avons rencontré une femme exceptionnelle, une Maman qui distribue de l’amour à ne pas en finir à ces jeunes enfants et qui soutient avec ses maigres moyens le travail abattu par la jeune équipe très dynamique de l’Association Protégeons l’Enfant.
IMG-20170528-WA0114.jpgNous sommes arrivés au centre à un moment oú un évènement de rejouissance ludique et festif se préparait pour permettre à ces enfants d’oublier un peu leurs challenges quotidien et de savourer un repas agréable tout en s’évadant.

Comment donc mettre en oeuvre notre projet dont le contenu fut très intéressant sans la fameuse subvention? Telle était l’équation à résoudre….le leadership transformationnel qui nous était enseigné pendant la formation nous a permis de comprendre qu’à défaut d’un projet, un acte de leadership pouvait être posé pour accompagner ce projet en cours. Nous avons donc côtiser chacun pour offrir une modeste contribution, en faisant un don en nature.IMG-20170525-WA0164.jpgIMG-20170525-WA0166.jpg A nôtre grande surprise cela a apporté de la joie à la jeune équipe qui esquissa quelques pas de danse du “Mballa” ce soir là avec nous.IMG-20170528-WA0104.jpg Mais le plus merveilleux est la joie que leur évènement a procuré à ces enfants.IMG-20170525-WA0140.jpgIMG-20170525-WA0126.jpg

Des jeunes leaders qui arrivent à procurer tant de joie aux enfants ‘talibé’ avec si peu de moyens sont forcément à encourager. Plus qu’un évènement, le projet communautaire Seydina Issa Laye est dédié entièrement à la cause des enfants “talibé”, proposant des solutions africaines à une situation sociale afrcaine, impliquant les responsables réligieux et les parents dans leur approche de solution. 

IMG_20170509_193850.jpgIMG-20170525-WA0153.jpg

Peu importe là oú vous vous trouvez, un simple acte de leadership est suffisant pour contribuer à améliorer les conditions de vie de ces jeunes leaders africains de demain que sont les enfants ” talibé ” par le biais du projet communautaire Seydina Issa Laye.

IMG-20170528-WA0112.jpg

Contactez la secrétaire du centre Fatou Bintou TOURE (fabi3406@gmail.com), Omar SOW au +221775271043, ou
senegalape@gmail.com
Tel: +221775184540

 

ASSOGBA METONDJI

International Affairs Analyst

Language Consultant à Morgan Training (French/English)

Peut on justifier l’immigration à tout prix des africains vers l’Europe par le manque d’emplois en Afrique?

2017-11-03-14-01-43--2010427443.jpg2017-11-03-14-01-43--2010427443.jpgSuite à notre article “Pourquoi une immigration des africains vers l’Europe au péril de leurs vies?”, il était prévu d’aborder la question du manque d’emplois en Afrique. Car bon nombre de spécialistes de l’immigration aussi bien que d’africains considèrent ce ” manque de travail ” comme cause majeure de cette immigration à tout prix. Toutefois, s’il y a aujourd’hui un continent sur terre oú on ne peut parler du manque d’emplois c’est bel et bien l’Afrique. Beaucoup reste à faire en Afrique, Il existe des tonnes de professions que nous n’avons pas encore et des milliers à créer. Il y a bien plus à faire en Afrique qu’en Europe. Nous allons répondre à trois petites questions dans le cours de cet article: Y-a-t’il manque d’emplois en Afrique? Existe-t-il un lien entre la question de l’emploi et l’immigration? Quelle approche de solution adopter?

– Y a t-il un manque d’emplois en Afrique?
2017-11-03-14-01-29--1646358773.jpg

Il y a en Afrique plus d’emplois qu’il n’en faut pour les populations africaines actuellement, plus de travail à faire que partout ailleurs. C’est pourquoi nous avons les chinois, les européens et les américains sans oublier les indiens qui viennent sur le continent africain pour travailler. Ils multiplient les accords de partenariats et coopération naturellement dans un but de création d’emplois pour leurs citoyens, ce qui est tout à fait compréhensible et judicieux. Ce n’est pas donc le travail qui manque en Afrique. Comment expliquez vous que des jeunes africains sortent du continent pour exercer des métiers de plongeurs, chauffeurs, balayeurs de rue, serveurs, et bien d’autres alors qu’ils trouvent en générale ces mêmes métiers dénigrants en Afrique. C’est un paradoxe qui confirme que ce qui manque en Afrique ce n’est pas le travail, mais la valeur qui est attachée à chaque métier aussi bien par l’employeur que par l’employé. La première erreur que nous comettons tous c’est de comparer les revenues d’un balayeur de rue aux USA à celui d’un balayeur de rue au Bénin aujourd’hui. Ce genre de comparaison n’est pas objectif dans la mesure oú les conditions de vie et le dégré de développement ne sont pas les même. Ce serait plus approprié de comparer le balayeur de rue béninois d’aujourd’hui à celui des années 1800 aux USA, peut etre là il y aurait un début d’objectivité. Ce que nous mettons en exergue ici est que ces pays développés oú nous voulons tous vivre et travailler aujourd’hui ont pris la peine à une certaine époque de convaincre leurs citoyens de rester chez eux et de travailler dur pour améliorer drastiquement les conditions de vie qui étaient probablement pire que les nôtres aujourd’hui. Ils préféraient balayer leurs rues avec un revenue maigre dans l’espoir de le voir s’améliorer pour leurs fils et arrière petits fils que d’aller balayer des rues ailleurs. L’autre problème est notre façon de voir les choses, notre mentalité. Elle a été façonnée pendant des décénies à voir le bonheur ailleur, aussi bien à l’école que dans la vie sociale oú on a l’ impression que nos frères africains ont horreur de voir un africain réussir. Ce sentiment est si fort qu’il est pour bien d’africains la raison principale de leur immigration. Ainsi le vrai soucis semble être l’absence d’un climat de paix  que ce soit sur le plan politique, sociale, que économique.

-Existe -t-il un lien entre la question de l’emploi et l’immigration?
Certes il existe un lien entre la question de l’emploi et l’immigration; les immigrants africains recherchent en générale la sécurité et la valorisation de l’emploi, car s’il est vérifié qu’il y a plus d’emplois en Afrique qu’ailleurs, Il faut reconnaitre que bon nombre de ces emplois ne sont pas sécurisés et mis suffisamment en valeur par nos autorités et nos populations. C’est ce qui explique le fait qu’un médécin béninois préfère exercer en France qu’au Benin, c’est ce qui explique pourquoi la plupart de nos enseignants sont toujours en grèves et nos agriculteurs vivent dans des conditions qui n’inspirent personne à vouloir entreprendre dans le domaine. Ailleurs, chacun de ces métiers sont mis en valeur de sorte qu’il y a cette considération pour les professions de masse qu’il manque en Afrique. Les cuisiniers, les serveurs, les balayeurs de rue, Le’s chauffeurs, etc, sont des métiers respectés aussi bien par l’Etat que par les populations. Ils sont déclarés à la caisse de sécurité sociale, protégés par le droit du travail, et bien d’autres dispositions que je ne saurais citer ici. Ils sont respectés dans la société au même titre qu’un ingénieur, un chef d’entreprise et tout fonctionnaire d’Etat. En Afrique si vous êtes un chauffeur avec un doctorat en poche c’est un problème, mais en Europe on se contente de savoir si tu arrives à payer tes factures et à prendre soins de ta famille et surtout si tu maitrise la conduite. C’est suffisant pour être respecté.
-Quelle approche de solution adopter?
Quelques modestes idées pour réduire cette “exode nationale” seraient de revoir notre sytème éducatif afin qu’il produise des jeunes créateurs d’emplois plutôt que des employés car l’Etat ne peut pas employer tout le monde malgré sa grande volonté, seuls les entrepreneurs peuvent améliorer avec la supervision du gouvernement le niveau de vie en Afrique.

images-6.jpg2017-11-03-14-02-00-305798439.jpg
Il faut un changement de mentalité profond qui tendra vers une culture de paix politique, sociale et économique. Politique implique une adoption des méthodes de protestations non violentes qui ont fait leurs preuvent dans le passé, minimisant le nombre de morts et conduisant des leaders a écouter la voix du peuple. Sociale implique le respect du prochain et surtout la culture du “Vouloir vivre ensemble” qui cractérise selon Ernest Renan toute Nation; mettre fin à cette atitude de ne pas permettre à son frère africain de réussir, mais au contraire de l’aider à devenir la meilleur version de lui-même. Économique, implique que le gouvernement veille à ce que chaque profession soit valorisée et que le rapport salaire et pouvoir d’achat soit équilibré. Car c’est terrible d’avoir le même salaire pendant que les prix des produits augmentent presque chaque année. Aussi, les populations doivent comprendre la notion d’investissement et en profiter car le salaire n’est pas sensé rendre votre vie meilleure en soi. Ce serait un atout considerable de rendre effectif la libre circulation des personnes et des bien en Afrique afin que les africains puissent comprendre davantage que l’Afrique est suffisamment grande et riche pour qu’on y reste et travaille pour realiser ses rêves.

 

ASSOGBA METONDJI

metondji@gmail.com