Du Sénégal à l’Afrique du Sud passant par le Rwanda, que nous prépare la Chine?

2018-07-26-14-57-01-1380067011

Le dirigeant chinois a décidé de visiter l’Afrique, et le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont été sélectionnés pour ce voyage diplomatique. une telle démarche en cette période où la position de la Chine en tant que première puissance économique du monde pourrait être confirmée ou non est une situation intéressante à analyser pour les spécialistes des relations internationales du monde entier. Comment pourrait-on comprendre la visite du président Xi jinping? pourquoi le choix de ces trois pays africains? Quelle attitude les pays africains pourraient-ils adopter pour tirer pleinement parti de l’intérêt qu’a la Chine  pour l’Afrique?

La visite du président Xi Jinping en Afrique est loin d’être touristique, le dirigeant chinois semble être en voyage très stratégique qui pourrait contribuer efficacement à faire d’elle incontestablement la première puissance économiques mondiale. L’Afrique a été identifiée comme l’endroit où va se jouer en grande partie le destin économique et social du monde, c’est pourquoi à part quelques Africains qui quittent le continent, la plupart des puissances du monde et ceux qui aspirent à atteindre ce niveau sont de plus en plus présents en Afrique . Ainsi, parmi eux, la Chine a compris le caractère stratégique de l’Afrique et depuis plusieurs années agi en conséquence. C’est la raison pour laquelle des cadres de coopération et des accords ont été établis avec la plupart des pays africains, donnant accès à un grand marché  et à l’opportunité de propulser davantage l’économie chinoise. La Chine a donc trouvé un moyen de gagner un vaste marché de construction d’infrastructures de grande envergure  en Afrique à travers l’implication d’hommes d’affaires et d’ingénieurs chinois au cours des 30 dernières années, et ceci tout en investissant aussi énormément d’argent. Cependant, il reste encore beaucoup à faire en Afrique et le marché continue de croître en termes de population. Tout Etat ayant toujours des liens forts et mutuellement profitables avec l’Afrique aura de forte chance d’être première puissance économique mondiale. la guerre commerciale en cours “provoquée” par les Etats-Unis affectera évidemment l’économie mondiale si la plupart des nations économiquement puissantes s’y lancent, et celles qui resteront grandes seront seulement celles avec des marchés commerciaux alternatifs considérables, et l’Afrique est l’une des plus prometteuses. en terme de marché alternatif.

Le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont probablement été choisis stratégiquement pour des raisons très spécifiques:

images-12

Le Sénégal est actuellement l’une des principales puissances économiques francophones en Afrique et a tiré profits de sa coopération avec la Chine, en particulier lorsqu’il s’agit de la construction d’infrastructures.

images-31

Le Rwanda est une grande puissance économique en plein essor en Afrique et le président Kagame dirige actuellement l’Union Africaine. Il convient de souligner que le Rwanda et la Chine ont une cinquantaine d’années de coopération, même pendant les périodes de conflits la Chine était présente, et a contribué de manière considérable à la reconstruction du pays.

images-21

La position de l’Afrique du Sud sur le continent n’est pas polémique, ce pays fait partie des  plus grandes  puissances  économiques d’Afrique. Les trois pays identifiés et visités sont des puissances économiques incontestables de leurs sous-régions, à savoir l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale et orientable, ainsi que l’Afrique australe. Nous avons donc bien plus que 3 pays impliqué dans ce seul déplacement diplomatique mais plutôt 3 puissantes régions économiques de l’Afrique. Si le président Xi jinping a pu renforcer sa coopération avec ces trois pays qui représente beaucoup dans leurs régions économiques, il aurait réussi à préparer davantage le terrain qui permettra à la Chine de survivre à une éventuelle guerre commerciale entre elle et les Etats-Unis ainsi que d’autres puissances économiques mondiales.

La Chine offre donc une grande opportunité aux pays africains de s’affirmer ou de s’enliser économiquement, tout dépend de l’atitude de chaque Etat africain pris individuellement et de tous les Etats  pris en bloc. Cela nécessite des stratégies diplomatiques africaines axées sur le développement. tout dépend des diplomates  dans la mesure où les différents accords de coopération qui seraient signés détermineront la manière dont les affaires seront conduites entre les parties impliquées. il semble que le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont su faire bon usage de leur coopération avec la Chine au cours des 30 dernières années et qu’il serait profitable pour les autres pays africains d’apprendre d’eux, surtout du Rwanda qui semble se développer plus vite que les autres. Toutefois, le plus important sera l’atitude comme en  bloc qui est celle qui contribuera de manière significative au développement durable du continent. il ne sera pas approprié d’avoir des accords individuels avec la Chine qui ne seraient pas en faveur des peuples, mais seulement dans l’intérêt de certains dirigeants ou d’une poignée de personnes. les dirigeants africains devraient trouver un moyen par lequel les différentes institutions régionales telles que la SADEC, la CEDEAO, l’UA, harmoniseront les critères qui doivent les guider dans leur processus de coopération avec la Chine, ce qu’elles pourraient accepter et ce qu’elles ne devraient pas accepter pour le bien des populations africaines. cela pourrait s’appeler le “Guide de Coopération Africaine”. Un document bien élaboré qui aidera les États africains à promouvoir les intérêts des peuples africains dans leurs diverses approches diplomatiques avec le reste du monde. l’existence d’un tel document en entraîne l’existence préalable d’un autre qui indiquera clairement la voie à suivre en matière de politique étrangère de l’Afrique que l’on pourrait appeler «le Plan d’Action Africain». Ce dernier doit être spécifique sur les objectifs de développement du continent tout en précisant le timing à suivre, il s’agit d’un travail de prévision minutieux qui servira de boussole à la  diplomatie africaine tout en tenant compte des  spécificitées culturelles et régionales. C’est un plus que de savoir que le président Kagame dirige actuellement l’Union africaine, et je crois qu’il est un homme de vision et d’actions, des qualités qui le conduiront certainement à prendre la bonne directive avec l’aide de cette génération de dirigeants africains soucieux du bien être du continent.

Advertisements

Write something fellow.../ Laissez un mot...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.