Elections présidentielles en RDC: Comprendre l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union Européenne

L’Union européenne a été invitée à rappeler son ambassadeur, M. Bart Ouvry, en RDC dans un délais de 48 heures le 27 décembre 2018, par le ministre des Affaires étrangères du pays, Leonard She Okitundu. une demande fondée sur le principe de réciprocité selon certaines analyses, suite au renouvellement des sanctions à l’encontre de 14 personnalités politiques de la RDC le 10 décembre 2018. Ces sanctions ont été prises à la suite des reports d’élections depuis deux ans et de la répression exercée par le gouvernement sur certains manifestants à l’époque. La demande est considérée comme arbitraire et absolument non appropriée par la représentante de l’UE, Frederica Morgehrini.

il est important de souligner que cela s’est fait dans le respect des règles du droit international et des pratiques diplomatiques. La RD Congo n’a enfreint aucune loi ni aucun principe des relations internationales. Au contraire, le pays a simplement utilisé un outil diplomatique reconnu par la communauté internationale. par conséquent, la décision de monsieur Leonard Okitundu pourrait être arbitraire et non appropriée mais certainement légale.

En examinant la pertinence d’une telle décision, il serait utile de comprendre d’abord les sanctions prises à l’encontre des personnalités politiques de la RDC et leurs conséquences probables sur le processus de développement du pays, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales au cours des deux dernières années . cette évaluation nous laissera trois options:

1- S’il est établi que les sanctions ont été utiles au développement de la RDC, que ce soit sur le plan économique, politique ou de quelque manière que ce soit, améliorer les conditions de vie de la population congolaise, le renvoi de l’ambassadeur de l’UE pourrait être considéré comme non approprié et, de surcroît, un “crime contre le peuple “. Cependant, il semble assez difficile de penser et même d’établir que les sanctions prises ont directement contribué au développement du pays.

2- S’il est prouvé que les sanctions ont été plutôt un obstacle au développement du pays, cette décision prise en réponse à de telles sanctions est plus que la bienvenue et le gouvernement pourrait être accusé d’avoir attendu pendant deux ans avant de prendre des mesures réciproques.

3-Le troisième point d’analyse qui pourrait être exploré est qu’il s’agit d’un jeu diplomatique, d’une démonstration du “pouvoir” entre l’UE et la RDC, et ne devrait pas être une priorité pour les citoyens, mais une pertinence pour les experts des relations internationales. cela pourrait être perçu comme un développement intéressant dans le sens oú il n’est pas courant de voir des États africains appliquer ainsi la réciprocité lorsque des sanctions et des mesures sont prises à leur encontre par les institutions internationales occidentales. cela s’inscrit dans le changement de comportement en cours des États africains sur la scène internationale.

Selon vous, quelle hypothèse explique le mieux la question? Partagez votre avis avec nous dans un commentaire.

Advertisements

DR Congo Presidential elections: understanding the need to send away the EU’s Ambassador Bart Ouvry

The European Union was asked to recall its ambassador Mr. Bart Ouvry in RDC within 48 hours on the 27th of December 2018 by the country’s foreign minister Leonard She Okitundu. A request base on the principle of reciprocity according to some analysis, in response to the renewal of sanctions against about 14 political figures of the RDC the 10 December 2018. Those sanctions were taken following the several postponement of elections for the past 2 years and the repressions of some people protesting at the time. The request is considered as arbitrary and definitely unappropriated by the EU’s leader Frederica Morgehrini.

It is important to underline the fact that this is done within the rules of international law and diplomatic practices. The DR Congo has not breached any law or principle of international affairs, on the contrary the country has simply made use of a diplomatic tool acknowledged by the international community. Therefore the decision of mister Leonard Okitundu might be arbitrary and unappropriated but definitely legal.

Looking at the relevance of such a decision it would be helpful to understand firstly the sanctions taken against the political figures of the DR Congo and the probable consequences of those sanctions on the development process of the country, deem it economic, political, or social during the two last years . this evaluation will leave us with three options:

1- If it is established that the sanctions have been useful to the DR Congo’s development whether economically, politically, or in any way better the living conditions of the Congolese people, sending the EU’s ambassador away could be considered as unappropriated and moreover a “crime against the people”. However it seems quite difficult to think about, and even establish that the sanctions taken have directly contributed to the development of the country.

2- If it is proven that the sanctions have been rather a hindrance to the development of the country, then this decision in response to such sanctions is more than welcome and the government could be blamed to have allow this to last 2 years before taking reciprocal measures.

3-The third point of analysis that could be explored it the alternative of a simple diplomatic game, a demonstration of “power” between the EU and the DR Congo, and should not be a priority for the people, but relevant for international affairs analysts that could see an interesting development, in the sense that it is not common to see African States taking such reciprocal decisions when sanctions and measures are taken against them by western institutions. This falls within the ongoing shift of behaviors of the African states in international Affairs.

Which of the hypothesis do you think explains the best the issue?

Leave a comment to share your interesting thoughts with us…

RDC Presidential elections of December 2018: a way to peace and social cohesion or a political uncertainty?

The presidential elections in the DRC deserve to be given major importance and particular attention, especially from African leaders, for both political and social reasons, and whether national or international.

postponed several times with spearheading the categorical refusal to see President Kabila stand as a candidate for his own succession, we can say that the Congolese people seemed to have taken a giant step towards peace when this demand was met. however, some continued to see a political manipulation of the president with the absence of a heavyweight like Jean Pierre Bemba in the race for the presidency. Until then, the certainty of a presidential election in the DRC was strong enough, the refusal to receive help from the international community, especially the use of MONUSCO election materials, added to the seemingly destruction of some voting machines appears to lead the majority of experts to believe that it will not be possible to hold elections on December 30, 2018, and if they stood then it would not be credible at all, highlighting the inability of the DRC to organize these elections. the question is how can it be explained that a country which natural resources seem to contribute to the development of a considerable number of economic “great powers” can not afford to organize presidential elections? in what way does the involvement of the international community guarantee the credibility of the elections and the absence of disputes at the end of the process?

we still remember the elections in Ivory Coast that have been involving the international community, which did not prevent the post-election violence between pro Gbagbo and supporters of President Ouattara. Therefore, it is key to draw the attention of 2 groups of political actors that might have a critical role to play in the way political events may go in the DRC:

1-the Heads of State of the Central African Subregion and the African Union;

it is already important that the heads of state of the sub-region meet to discuss how to ensure political stability in the region, which inevitably depends on the political stability of the DRC. it would be wise to address security issues at the border level to ensure that external elements can not cause trouble, a probability of assistance if material incapacity is proven, and other aspects of ensuring political stability in the region. The African Union will do well in getting through its mechanisms involved to monitor the process in order to avoid a situation of violence that could lead to human casualties.

2-The Congolese people;

The Congolese people must demonstrate great maturity and not be lured by political leaders in a probable escalation of post-election violence of which they remain and remain the only direct victims. a retrospective on past violence exposes a loss of life memorable that should inspire a permanent search for a peaceful method. Africa needs more than ever all its sons, and any human sacrifice whose fruits can not be immediate is a “crime against the community”, a crime that seems to have been committed for years by the majority of political opposition groups in Africa. The latter have to question their strategies.

Scheduled to be held on December 23, 2018, postponed to December 30, 2018 and partially in March 2019 in some regions in the DRC, it is clear that the elections must be held in this country that is hungry for political transition and stability to better start its development. we can therefore wonder what will be the political situation of this country essential to the development of Africa from January to March 2019 when elections will be held in currently unstable areas due to security and public health issues. Is it wise to postpone partially the presidential election? What could be the outcome of such a decision of the elections committee? Here is the food for thought that I bring to your table fellow readers and international affairs analysts…

Elections présidentielles de Décembre 2018 en RDC: un pas vers la paix et la cohésion sociale ou une incertitude politique?

Les élections présidentielles en RDC méritent qu’on y accorde une importance capitale et une attention particulière surtout de la part des leaders africains pour des raisons à la fois politiques et sociales nationales, africaines, voire simplement internationales.

Reportées plusieurs fois avec pour fer de lance le refus catégorique de voir le président Kabila se présenter comme candidat à sa propre succession, on peut dire que le peuple congolais semblait avoir réussi un pas de géant vers la paix lorsque cette demande fut satisfaite. Toutefois, certains ont continué à voir une manipulation politique du président avec l’absence d’un poids lourd comme Jean Pierre Bemba dans la course pour la présidence. Jusque là, la certitude d’une élection présidentielle en RDC était assez forte, le refus d’une aide de la communauté Internationale en particulier l’utilisation des matériels d’élections de la MONUSCO, semble conduire la majorité des experts à penser qu’il ne sera pas possible de tenir des élections le 30 décembre 2018, et si elles se tenaient alors ce serait pas du tout crédible, soulignant l’incapacité de la RDC à organiser ces élections. La question est comment peut on expliquer qu’un pays dont les resources naturelles semblent contribuer au développement d’un nombre considérable des “grandes puissances” économiques ne puisse pas avoir les moyens d’ organiser des élections présidentielles? En quoi l’implication de la communauté internationale garantie la crédibilité des élections et l’absence des contestations à l’ issue du processus?

On se souvient encore des élections en Côte d’ivoire, qui ont connu une implication de la communauté Internationale, ce qui n’a pas empêché les violences post-électorales entre les pro Gbagbo et les partisans du président Ouattara. Il convient d’attirer l’ attention de 2 groupes d’acteurs politiques dont dépend la suite des évènements politiques actuellement en RDC:

1-les chefs d’Etats de la sous-région de l’Afrique Centrale et l’Union Africaine;

C’est déjà important que les chefs d’Etats de la sous-région se réunissent pour discuter de comment assurer une stabilité politique dans la région, dont dépend inévitablement la stabilité politique de la RDC. Il serait judicieux d’aborder les questions de sécurité au niveau des frontières pour éviter que des éléments extérieurs puissent semer le trouble, de réfléchir à une probabilité d’assistance si l’incapacité matérielle de la CENI en RDC est avérée, et tout autre aspect en vu de maintenir une stabilité politique dans la région.

2-Le Peuple Congolais;

Le peuple congolais doit faire preuve d’une grande maturité en évitant de se laisser entrainer par les leaders politiques dans une probable escalade des violences post-électorales. Les populations restent et demeurent les seules victimes directes. Une retrospective sur les violences antérieures expose une perte en vies humaines mémorable qui devrait inspirer une recherche permanente de methode pacifique. L’afrique a plus que jamais besoin de tous ses fils, et tout sacrifice humain dont les fruits ne peuvent pas être immédiats constitue un “crime contre la communauté”, crime que semble commettre depuis des années la majorité des groupes d’opposition politique en Afrique, qui certainement doivent remettre en cause leurs stratégies.

Prévues pour se tenir le 23 décembre 2018, reportées au 30 décembre 2018 et partiellement en Mars 2019 dans certaines régions de la RDC, il est clair que les élections doivent se tenir dans ce pays qui a soif de transition politique et de stabilité pour mieux amorcer son développement. On peut donc se demander quelle sera la situation politique de ce pays essentiel au développement de l’Afrique de Janvier jusqu’en Mars 2019 oú se tiendront les élections dans les zones actuellement instables pour raisons de santé publique et de sécurité. Est ce judicieux de procéder à un report partiel? Telle est la réflexion à laquelle nous vous invitons!

IMDID-BENIN: Être Volontaire c’est Honorable!

IMDID Bénin a organisé les 14 et 15 décembre 2018 la deuxième session de la première édition de la Conférence des Jeunes Diplomates (COJED) , une initiative unique en son genre pour le moment au Bénin et qui à le mérite de constituer un cadre de réflexion scientifique et d’apprentissage des principes et mode de fonctionnement de la diplomatie internationale. Elle s’inscrit dans une perspective d’amélioration continue. C’est un évènement organisé par des jeunes, pour des jeunes avec l’appuis des experts et partenaires tous autant jeunes. C’est une jeunesse qui se prend effectivement en charge, avec le travail des volontaires bénévoles dont la seule satisfaction est de contribuer irréfutablement au développement de la communauté.

La COJED 2018 a porté sur ” la Place de la paix et de la sécuritée dans la gestion de la migration irrégulière “. 5 commissions sur les 6 avaient été renvoyées par l’assemblée générale pour améliorer leurs réflexions en juin 2018, et 5 projets de résolutions sur 6 ont été adoptées en décembre 2018. Ceci dénote d’une nette amélioration dans la qualité du travail. Ces travaux seront disponibles sur notre site (imdidvolunteers.com) pour consultation.

Nous avons eu droit à l’expertise de Madame Omoloto Carine HOUNSINOU sur “les droits de l’Homme et les défis de la migration”, le Professeur James GBAGUIDI sur le thème ” l’esclavage sur la route des migrations illégales : à qui incombe la responsabilité de cette situation? “; Monsieur Ardant DJENONTIN sur “Rôles des collectivités dans le maintien de la paix et la gestion des mouvements migratoires”; et le le président de l’Observatoire Africain pour le développement Endogène, Monsieur Yanick BAGLO sur “Radicalisation et migrations des jeunes en Afrique”. Chacun des experts a su avec délicatesse et professionalisme aborder leurs sujets de façon à permettre aux participants de cerner davantage la problématique générale. Et ceci dans un élan de volontariat.

Les différents chefs de délégations ont livré des discours impressionnants parmi lesquels il faut souligner le travail de l’honorable HOUNTONDJI Bidossessi Fulgencia (Best Speech Award) représentant le Niger et celui de l’honorable NOUKPO Mouzemilou qui aurait pu facilement lui ravir cette distinction. Deux jeunes pétries d’aptitudes de communication et de recherches remarquable. On ne saurait mettre en exergue les qualités diplomatiques de l’honorable Siré DIA venu tout droit du Mali (Best Delegate Award) et le travail exceptionnel de la Commission chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation présidée par l’honorable Amzath ABDOULAYE. C’est aussi le lieu de saluer le travail impeccable du comité d’organisation coordonné par Bernis AKPOVI (Présidente du comité) et Samia AROUNA (Vice présidente IMDID BENIN). Mais le plus grand travail reste et demeure celui de tous les volontaires qui à un moment donné ont dégagé de leur précieux temps pour contribuer au développement de la communauté africaine. D’oú la nécessité d’encourager nos volontaires également à travers le Best volunteer Award décerné à l’honorable Christian COMBE et bien d’autres distinctions.

Vous pouvez nous soutenir dans la réussite de la COJED 2019 qui promet d’être une version améliorée : imdidbenin@gmail.com/+229 62946151

Illegal Migration: A scourge or a necessity?

2017-11-03-14-01-43--2010427443.jpg

The issue of illegal migration has been at the heart of the international news for a few days with the event of the pact of Marrakesh that made a lot of ink and caused demonstrations in Europe. this seemingly thorny issue has attracted much more attention since CNN, through a video that has certainly traveled the world, highlighting the inhuman and even exclusionary treatment of African migrants in Libya. This therefore deserves reflection. a profound observation of the comments of those who embark on this perilous journey towards the European “El Dorado” presents irregular migration as a necessity, or the analysis of the behavior of the inhabitants of certain European countries chosen as destinations by these migrantspresents illegal migration as a scourge.we are wondering whether it is indeed a scourge or a necessity?

Migration itself is the most natural thing in human behavior. It is in man’s nature to move from point A to point B it is this which explains the multiple efforts of the States living to devote the principle in their multiple international agreements. We can mention the free movement of people and goods in the ECOWAS area and the principle of Shengen space in Europe. It must be emphasized that the Universal Declaration of Human Rights regards migration as a right. Seen in this light, one can begin by understanding the thesis of irregular migration as a necessity. It should be emphasized that irregular migrants are much more reliant on the difficult living conditions that can be explained by the situations of permanent political, economic, social and cultural crises that African countries seem to have been experiencing for years. the latter therefore opt for irregular migration which, despite the risk of insecurity, remains the easiest option for them because they do not slide on travel documents for the most part and are pressured by the ardent desire to emerge from poverty. a whole family is fast.

for the partisans of the thesis of the scourge, one can understand their position when one takes into consideration the massive turn that the movement of migration seemed to take. it must also be admitted that the European countries are also strongly affected by the economic crisis and find themselves in a dynamic of redefinition of priorities; This will not necessarily provide the funding needed to take care of migrants.

It should be remembered that what is systematically questioned by the majority is the degrading and even exclusionary treatment of irregular migrants.

a deep analysis of the issue allows us to understand that irregular migration is neither a scourge nor a necessity, it is a social situation that can be better framed as follows:

1-A national education approach;

it is necessary to educate the people that engage in such risky journey about the different processes of regular migration,  and human rights. The myth of the “European Eldorado” should be taken out of our minds. an education on the need for Africans to contribute to the development of the continent by staying there and opening the door to cultural, economic and political. integration.

2- A National political approach;

reinforce political strategies for creating wealth and jobs for young people, easing legal migration processes if they are inaccessible and actively and intensely cut down the various  of smugglers of irregular migration networks. It appears to be quite a very beneficial business for smugglers to engage people in illegal migrations. They make impressive money out of it and seemingly organize the activity very well, form marketing to ability to go over the borders controls. Actions must definitely be taken to put an end to their activity and their existence, breaking down the various means of illegal migrations. 

3-.An International Approach;

it aims at puting in place the diplomatic measures necessary for a more humane to migration, whether legal or illegal. We could say that the pact of Marrakesh is a starting point. However, it appears that several international are already existent, the only issue is their application on the field, the respects of those values and principles pertaining to the treatment of migrants. All of them suffer from the same trouble awaiting this new pact of Marrakesh: no way to make it compulsory when it comes to respecting the various dispositions. A situation that highly understandable when we take in account the notion of sovereignty of States and mostly the diversity of national interests and priorities as well as national policies are concerns. Is therefore relevant to build up new mechanisms or documents to regulate e treatment of migrants while it is extremely difficult sometimes to apply the existing regulations?

La Migration irrégulière: un fléau ou une nécessité?

000-gu3ts-1.jpg

La question de la  migration irrégulière est au coeur  de l’actualité internationale depuis quelques jours  avec l’évènement du pacte  de Marrakech qui a fait coulé beaucoup d’encre et occasionné des  manifestations en Europe. Cette question qui semble épineuse captive beaucoup plus l’ attention depuis que CNN à travers  une vidéo  qui a certainement fait le tour du monde a mis  en exergue le traitement inhumain, voire exclavagiste que subissent les  migrants africains en Lybie. Ceci mérite donc réflexion. Une observation profonde des propos des personnes qui se lancent dans  ce  voyage périleux vers le “El Dorado” Européen présente  la  migration irrégulière comme une nécessité, or l’ analyse du comportement des habitants de certains pays européens choisis comme destinations par ces migrants présente la  migration irrégulière comme un  fléau. On vient donc à se demander si elle est en effet un  fléau ou une nécessité?

La migration en soi est ce  qu’il y a de plus naturelle dans le comportement  human. Il est de la  nature de l’Homme de se déplacer d’un point A à un  point B. C’est ce  qui explique les  multiples efforts des  Etats vivant à consacrer le principe dans  leurs multiples accords internationaux. On peut citer la  libre circulation des  personnes et des  biens  dans  l’espace CEDEAO et le principe de  l’espace Shengen en Europe. Il  faut souligner le fait que la  Déclaration  Universelle Des  Droits de l’Homme considère  la  migration comme un  droit. Vu sous cet angle on peut commencer par comprendre la  thèse  de la  migration irrégulière comme une nécessité. Il convient de souligner que les  migrants irréguliers se fondent  beaucoup plus sur les  conditions de vie difficiles qui peuvent s’expliquer par les situations de crises politique, économique, sociale et culturelle permanentes que semblent traverser  les  pays africains depuis des  années. Ces derniers optent donc pour une migration irrégulière qui malgré le risque d’insécurité que cela présente reste l’option la  plus facile pour eux car ne disposant pas de documents de voyage pour la  plus part et pressés par le déssir ardant de sortir de la  pauvreté toute une famille et vite.

Pour les  partisants de la  thèse  du fléau on peut comprendre leur position lorsqu’on prend en considération  la  tournure massive que semblait prendre le mouvement  de migration. Il  faut aussi admettre que les  pays européens sont fortement  frappés aussi par la  crise économique et se retrouvent dans  une dynamique de redéfinition des priorités; ce  qui ne permettra pas forcément de disposer du financement nécessaire pour prendre en charge les  migrants.

Retenons que ce  qui est systématiquement mis  en cause par la  majorité  c’est le traitement dégradant et voire exclavagiste que subissent les  migrants irréguliers.

Une analyse profonde de la  question nous permet de comprendre que la migration irrégulière n’est ni un fléau ni une nécessité, c’est une situation sociale  qui peut être mieux encadrée comme suit:

1-Une démarche pédagogique;

Il faut éduquer les personnes concernées sur les  différents processus de migrations régulières, les  droits humains , casser  le mythe des  ” eldorado européens”; une éducation sur la  nécessité pour nous africains de contribuer au développement du continent en y restant  et en ouvrant la  porte au brassage culturel est une alternative. Faire une lumière sur notre potentiel africain et nos valeurs pour booster notre  self-esteem est nécessaire.

2-Une démarche politique;

Renforcer les strategies politiques  de creation de richesses et d’emplois des jeunes, un assouplissement des processus de migration légale s’ ils sont inaccessibles, et une répression  active et poussée des réseaux de passeurs  des  migrations irrégulières

3-.Une démarche Internationale;

Elle vise à mettre en place les  mesures diplomatiques néssaires pour un  traitement plus humain des  migrants qu’ils soient légales oú illégales. On peut dire que le pacte  de Marrakech est un début dans  cette perspective.