Elections présidentielles en RDC: Comprendre l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union Européenne

L’Union européenne a été invitée à rappeler son ambassadeur, M. Bart Ouvry, en RDC dans un délais de 48 heures le 27 décembre 2018, par le ministre des Affaires étrangères du pays, Leonard She Okitundu. une demande fondée sur le principe de réciprocité selon certaines analyses, suite au renouvellement des sanctions à l’encontre de 14 personnalités politiques de la RDC le 10 décembre 2018. Ces sanctions ont été prises à la suite des reports d’élections depuis deux ans et de la répression exercée par le gouvernement sur certains manifestants à l’époque. La demande est considérée comme arbitraire et absolument non appropriée par la représentante de l’UE, Frederica Morgehrini.

il est important de souligner que cela s’est fait dans le respect des règles du droit international et des pratiques diplomatiques. La RD Congo n’a enfreint aucune loi ni aucun principe des relations internationales. Au contraire, le pays a simplement utilisé un outil diplomatique reconnu par la communauté internationale. par conséquent, la décision de monsieur Leonard Okitundu pourrait être arbitraire et non appropriée mais certainement légale.

En examinant la pertinence d’une telle décision, il serait utile de comprendre d’abord les sanctions prises à l’encontre des personnalités politiques de la RDC et leurs conséquences probables sur le processus de développement du pays, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales au cours des deux dernières années . cette évaluation nous laissera trois options:

1- S’il est établi que les sanctions ont été utiles au développement de la RDC, que ce soit sur le plan économique, politique ou de quelque manière que ce soit, améliorer les conditions de vie de la population congolaise, le renvoi de l’ambassadeur de l’UE pourrait être considéré comme non approprié et, de surcroît, un “crime contre le peuple “. Cependant, il semble assez difficile de penser et même d’établir que les sanctions prises ont directement contribué au développement du pays.

2- S’il est prouvé que les sanctions ont été plutôt un obstacle au développement du pays, cette décision prise en réponse à de telles sanctions est plus que la bienvenue et le gouvernement pourrait être accusé d’avoir attendu pendant deux ans avant de prendre des mesures réciproques.

3-Le troisième point d’analyse qui pourrait être exploré est qu’il s’agit d’un jeu diplomatique, d’une démonstration du “pouvoir” entre l’UE et la RDC, et ne devrait pas être une priorité pour les citoyens, mais une pertinence pour les experts des relations internationales. cela pourrait être perçu comme un développement intéressant dans le sens oú il n’est pas courant de voir des États africains appliquer ainsi la réciprocité lorsque des sanctions et des mesures sont prises à leur encontre par les institutions internationales occidentales. cela s’inscrit dans le changement de comportement en cours des États africains sur la scène internationale.

Selon vous, quelle hypothèse explique le mieux la question? Partagez votre avis avec nous dans un commentaire.

Advertisements

8 thoughts on “Elections présidentielles en RDC: Comprendre l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union Européenne

  1. Jacob YANTCHA

    Personnellement je pense que le rétablissement des sanctions de l’UE à l’encontre des 14 personnalités congolaises est un moyen de chantage pour avoir toujours la mise sur le Congo. Et j’en suis convaincu que le jour qu’un deal sera conclu après l’élection d’ Emmanuel Ramazany dont le contraire nous aurait surpris, ces sanctions vont finir comme les poursuites du président Kenyan devant la CPI.

    Liked by 1 person

    1. Une analyse très pertinente que vous faites Monsieur YANTCHA! Il faut préciser que depuis un moment déjà la RDC exprime son mécontentement avec la communauté Internationale qu’elle accuse de s’imixer dans les affaires domestiques du pays et définitivement pas en faveur du développement de ce dernier. Des propos qui donnent à réfléchir…..

      Like

  2. Estelle DJANATO

    Belle analyse! Le droit International n’a tout son sens que si les regles etablies sont utilisees de facon appropriee. Demander le rappel de l’ambassadeur de l’union europenne, la Republique Democratique du Congo ne fait qu’exercer son pouvoir souverain.

    Liked by 1 person

  3. DOSSOU SÈDJROGANDÉ

    La population dans toute cette affaire est prise en otage.entre un marteau qu’est le gouvernement en place et une enclume, l’UE et la communauté internationale dans son ensemble.
    Je pense sincèrement qu’il nous faut d’autres paradigmes pour penser et amorcer le développement des pays africains en général et de la RDC en particulier.. Continuer à être d’un côté et de l’autre du même système n’avance en rien le peuple congolais.
    Il faut faire partir cet ambassadeur. J’approuve cela et j’admire l’élégance de l’acte qui au demeurant reqpecte les principes du droit international.. Mais il faut aussi et surtout refonder le système de gouvernance en RDC
    C’EST DU MOINS, CE QUE JE CROIS

    Liked by 1 person

  4. DOSSOU SÈDJROGANDÉ

    Merci Mr METONDJI, La première action forte est d’écarter toute immixtion de la communauté dite internationale des affaires congolaise. Car la vérité est qu’elle na que pour soulever et susciter des guerres fratricides, des rébellions etc..afin de piller ce pays aux milles ressources naturelles en profitant de son instabilité et aussi de venir par la suite jouer au pompiers..Il y a donc nécessité d’amputer ce bras qui empêche d’accéder au “Paradis”
    Par ailleurs, il faut régler la situation congolaise à L’Africaine. Il y a nécessité de faire “un arbre à palabre” au “clair de lune” pour ramener toutes les composantes de ce pays autour d’un “même plat” fumant le calumet de la paix…c’est ce que Madiba appelle séance vérité et réconciliation, c’est ce que Gorbatchev a a réalisé en URSS c’est CZ que mon Pays le Bénin a fait lors de la mémorable conférence de février 90…Lorsquz tous ces fils se réuniront sont attiseurs de feu derrière eux et qu’ils se parleront en lingala ou en toute autre langue locale.il y aura des compromis qui permettront de faire glisser le Congo sur la vague de la stabilité. C’est l’action urgente a faire.
    Et celle encore plus capitale cest l’éducation d’un genre nouveau de citoyen qui comprenne tout le potentiel de son pays et qui soit entraînée au dialogue , à la tolérance et au partage. Ainsi la prochaine génération réussira là où celle ci et toutes les autres avant elle ont échoué…
    Il faut une démocratie participative ,populaire et consensuelle en RDC
    C’EST DU MOINS, CE QUE JE CROIS

    Liked by 1 person

Write something fellow.../ Laissez un mot...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.