BENIN Republic : Between political crisis and conspiracy theory

The range of information that flows since the beginning of President Talon’s term in Benin Republic, and the ongoing situation call for reflexion on analysing in depth without emotional attached, but only with keen interest in objectivity. The trends lead us to one critical question : are we dealing with a political crisis or an outcome of conspiracy ?

Undeniable facts of political crisis 

Some events could be considered as indicators of political crisis, among them stand out the so called « exclusion of political parties » belonging to the opposition. Even though this was legally and administratively right, it appears to not be politically correct in the sense that they people that felt excluded have a certain influence on part of the population, influence worth of compromising the peace of the country. Former presidents Thomas Boni Yayi and Nicephore Soglo must obviously have people loyal to them till death, without clouding the political experience of the former President of the National Assembly Adrien Houngbedji, reason why extreme cautions could have been taken to get them involved. However, the failure of the consensus is on both sides, but only one will probably be kept in mind at the end it: the government, for when you are in charge you are always to be blamed.

The shut down of internet during the legislative elections that the government justified by the need to prevent the publication of fake news the day of the vote could be considered as a tremendous mistake in violating not only the freedom of communication, but has affected several businesses and disrupted the daily activities of some institutions as well as citizens. This has been a gift to the sbires already alarming the international community about the dictatorial character of the beninese government. Looking at the lack of comment showing concerns about the more than 70 percent of abstention of the population that did not vote during the elections was not helpful to the government. During the Cadjehoun protest following the elections and the recent Tchaourou violences citizens have died, falling under the bullets of the police and army forces in an attempt to maintain the public order. The Abduction of two French tourists and the killing of a fellow beninese citizen, Mister Fiacre Gbedji by terrorists at the Pendjari park has added a terrorism dimension to the crisis. Till date, no much has been revealed on the circumstances of the beninese citizen even though French hostages that were taken to Burkina Faso have been released. With all the above facts it is not prudent and mature to strongly deny the existence of a political crisis. However, did we get there simply because of the behavior of the leadership or some hands in the shadow have significantly contributed ?  

Probable roots of a conspiracy

Hints of a probable conspiracy could be appreciated from the facts brought forward by the advocates of the conspiracy theory. It is important to say that the political tension among the leaders overtook their self-control just after the refusal of the parliament to even look at the content of the government’s project to revise the constitution of december 1990. But the conspiracy theory could be traced back to the controversal deal on the Benin and Niger rail road management that was not finally given to Boloré, a strong French business company. Actually the deal was first in favor of the French giant that had already engaged some interesting investments in the job to do, but unfortunately a judiciary decision taken after an appeal changed everything. This is normally a judiciary decision that has nothing to do with the government, but some believe that it is a key element that motivated the probable conspiracy. The President requested the return to Benin of all the ancients cultural and artistic belongings of the country that have been taken away by the French years ago, before independence and kept in the French museums with an interesting capability to generate incomes. Due to the request, the process of returning those belongings has started and is on a good way according to the official version.

The fake news trends demonstrated huge contrast between the broadcasted contents of the project of the revison of the constitution and the reality, according to the words of the president who did not hesitate to express it directly on RFI about the. Recently a picture of leg hurt with bullet has been used by the journalist Emmanuelle Sodji to illustrate the gravity of harms done to civilians during the Tchaourou violences for a french international news institution. It has been revealed that the picture used is from a situation that happened in Gabon. The latest information provided by France 24 was the one related to the former president Boni Yayi being compelled to meet the juge for a hearing on the matter of post electoral violences upon written instruction of the General Attorney. The latter immediately deny such allegation that has not so far be proven by the France 24 news institution. The interference of the French political class in the crisis through the statements of parliamentarians and former French President François Hollande is not to be clouded. By connecting the above dots that the proponents of a probable conspiracy theory involving France are building up their idea. Backed up in their development by the propaganda strategy used by France some years ago in Ivory Coast, facts that became today public knowledge presented to the world by several experts. However for any conspiracy to be carried out the complicity of the people is necessary, therfore we are the first to be blamed.

The above analysis is made on the basis of the information available here and there, but more accurate investigations are necessary to even start believing in a real probable conspiracy theory involving France in the ongoing situation in Benin Republic. The same way more critical data that is accessible to the public is definitely required to confirm with authority the existence of a real political crisis in Benin Republic. But the feeling of navigating between political crisis and conspiracy theory is a fact. The way forward today is the rebuilt of trust and social cohesion that seem to have been damaged in order to maintain an appropriate environment for development in Benin Republic. And some steps are taken in that line by the traditional leaders and the government. Hopefully the various political leaders will join very soon for the sake of the Country.

Advertisements

Bénin : est-ce une démocratie qui brûle… ?

Plusieurs événements pertinents ont animé la vie politique béninoise depuis que la question des élections législatives d’Avril 2019 fut mise sur la table. Ce fut une série très remarquable partant du code électoral et de son vote avec une majorité écrasante, passant par le quitus fiscal et le certificat de conformité, les marches de protestations, le faible taux de participation de la population aux élections, et pas longtemps encore des violences post-électorales attribuées par certains au peuple béninois. Lorsqu’on écoute certains médias internationaux on a l’impression que la démocratie béninoise a brûlé et n’existe plus, on semble avoir fait vite d’effacer la conférence des forces vives de la nation. Est-ce donc fondé de penser ainsi ? quel autre angle d’observation de cette crise peut-on avoir ? comment situer les responsabilités par rapport aux violences observées ? Quelles sont les perspectives de sortie de crise ?

Le paysage politique béninois connait actuellement une transformation profonde que seul le temps nous permettra de savoir si c’est pour son bien ou contre son développement. La vérité reste et demeure une denrée rare dans une crise où les protagonistes semblent se livrer à un dialogue de sourds et que le manque d’objectivité est criard puisque la mauvaise foi s’est installée au cœur du différend. Nous n’allons donc pas nous exercer à mettre en exergue ce qui se révélera de lui-même tôt ou tard. Mais nous allons attirer l’attention sur certains faits qui paraissent indiscutables :

  1. L’échec de la classe politique béninoise,

Le profond respect que nous avons pour les éminents hommes politiques béninois ne nous empêche pas pourtant de voir ce que tout le monde peut constater qui n’est pas loin d’un échec à animer convenablement la vie politique de ce pays, ceci de façon à installer dans un système réputé démocratique des pratiques politiques qui semblent biaiser la notion même de la démocratie. La crise électorale que nous avons connu ne saurait être la résultante des événements législatifs et administratifs du mandat en cours, mais plutôt une conséquence directe de bien de pratiques qui ont favorisé cela depuis les périodes d’après la conférence des forces vives de la nation de 1990. L’option démocratique de cette conférence était sincère et réelle, ceci se lit et s’apprécie par non seulement les archives, mais surtout le témoignage vivant de ceux qui y étaient comme Maître Robert DOSSOU, le feu Général Mathieu KEREKOU, le feu Mon Seigneur de SOUZA, le rapporteur de cette conférence, le Professeur Albert TEVOEDJRE, et pratiquement tous ceux qui constituent la classe politique béninoise aujourd’hui. Très tôt, la première erreur fut commise, celle de considérer la démocratie et ses principes comme acquis et de rendre perméable le principe de séparation des pouvoirs, livrant notre pays ainsi à l’existence d’institutions faibles, surtout pour ce qui est du législatif et du judiciaire. Or, là se trouve le cœur même du processus démocratique.

Le maintien de l’option démocratique est assuré par des institutions fortes. C’est ce qui pourrait expliquer qu’en 30 ans de démocratie au Bénin, pratiquement aucun parti politique n’a pu conquérir la magistrature suprême, nos chefs d’Etat ont été presque tous portés au pouvoir sans appartenir à un parti politique. Les pratiques politiques qui existaient jusque là favorisaient qu’on puisse arriver à la présidence sans aucun député au parlement et se retrouver avec une majorité parlementaire écrasante du jour au lendemain, n’en déplaise au citoyen lambda. Ce dernier qui n’est pas vraiment impliqué dans un système partisan lui permettant d’épouser des idéologies politiques très tôt et de militer; d’où probablement la réforme du système partisan tant souhaité. L’échec de la classe politique béninoise n’exclu pas le fait qu’elle a apporté des éléments constructifs à la nation, mais elle semble avoir atteint ses limites et nous permet de confirmer que la démocratie est un processus continu.

  • 2-La démocratie est un processus continu,

Plusieurs sociétés et Etats dans le monde ont commis l’erreur de penser que la démocratie était un acquis et qu’une fois les principes incorporés le système pouvait simplement fonctionner de lui-même. Nos observations nous permettent de conclure que la démocratie est un processus continu dont le fonctionnement peut être similaire à celui de la boite noire de David Easton. Ce processus commence par prendre corps uniquement lorsqu’un Etat atteint l’étape “d’institutions fortes”, l’étape où le législatif, le judiciaire, et l’exécutif sont 3 institutions qui fonctionnent correctement sans empiéter l’un sur l’autre. On assisterait à une auto-régulation de la vie politique plus ou moins convenable. Aux institutions fortes s’ajoute une culture démocratique qui doit être contextualisée. Ceci implique un système éducatif et social qui fait la promotion des principes démocratique conformément aux réalités culturelles du peuple concerné. Ces réalités, loin de fragmenter les principes démocratiques doivent favoriser son appropriation par le peuple. C’est un travail d’experts en sociologie que nous ne pouvons prétendre faire. Ces deux éléments ajoutés à un système partisan effectif et bien structuré qui implique tout le monde, surtout la jeunesse, permettent de maintenir le processus continu de la démocratie en bon état.   

  • 3- L’émergence d’une nouvelle classe politique est nécessaire et inévitable

Le grand problème en générale des systèmes politiques africains auquel le Bénin n’échappe pas c’est la préparation de la relève. La défaillance du système partisan et le manque de vision et d’idéologie politique approfondie font que la relève n’est pas forcément préparée, bien qu’existante et inévitable. C’est ce qui peut expliquer en partie les révolutions au Soudan, en Algérie, au Burkina Faso, pour ne citer que ceux-là, où on a assisté à une fracture musclée dans la prise de la relève par la jeunesse. Notre nature humaine fait en sorte que le plus grand travail à faire dans une entreprise c’est de préparer la relève dès le début de cette initiative si on souhaite la voir durer dans le temps. La relève politique au Bénin est nécessaire et inévitable, il faut dire qu’elle s’installera définitivement probablement dans les cinq prochaines années, et bien de jeunes se positionnent déjà. La grande question c’est de savoir quelle relève prendra le dessus ? est-ce celle inspirée par la classe politique “sortante” avec des tendances à faire pire ? ou celle consciente des enjeux du développement et prête à faire le sacrifice ? seul l’avenir nous le dira avec précision. Il convient de préciser que le système qui est entrain d’être mis en place aujourd’hui favorisera l’émergence de l’une ou l’autre des deux types de relève politique.

En République du Bénin il ne conviendrait pas d’affirmer que c’est la démocratie qui brûle, mais plutôt de comprendre que c’est une classe politique qui semble avoir montré le paroxysme de ses limites, ouvrant donc nécessairement la porte à un nouvel ère politique aux contours difficiles à maîtriser pour le moment.   

France and “gilets jaunes”

Are we close to radicalization?

For several weeks now France has been increasingly affected by a strong and vivid movement of Protestants called “Gilet’s Jaunes”. From a peaceful movement protesting against economic challenges due to policies put in place by the Government to a “violent mainstream ” movement a lot has happened and is still happening in the land of human rights. This intriguing situation calls for peculiar analysis of what is really going on, leading some experts to wonder if this has not just turned into a radical movement on its way to violent extremism. Are we facing a radicalization of the Yellow Jackets (Gilets Jaunes) ?

One of the hypothesized root causes of violent extremism is “transforming grievances into violent actions”. Such a process is fueled by some personal and societal factors according to experts. Michael Downing, deputy chief of the Counter-Terrorism and Special Operations Bureau at the Los Angeles Police Department (LAPD), refers to lack of identity, vulnerabilities, lack of attachment, and lack of societal inclusion. Thus, other experts identified broad systemic factors such as lack of socioeconomic opportunities, marginalization and discrimination, poor governance, violations of human rights and the rule of law, prolonged and unresolved conflicts. The list is not exhaustive for the discussion is ongoing in academia.

Referring to some of the above factors one is definitely tempted to identify the current situation in France as being favorable to radicalization and probably violent extremism. A close scrutiny of the situation could reveal some lack of societal inclusion, lack of socioeconomic opportunities, “poor governance” (according to the Yellow Jackets), and the existence of a prolonged and unresolved conflict between the street (Protestants) and the Government. It is therefore comprehensive that the attention is on the high probability to witness a radicalization of the “Gilets Jaunes” movement in France.

View from the Government angle, elements such as the normalization of violence throughout the protests, the revolutionary speeches, the clear intention of the Protestants to take down the Macron’s regime, are perceived as indicators of radicalization of the movement. Important infrastructures have been destroyed as well as businesses making the Government believe that they actors are focused more on hurting the Nation that building it up.

The above analysis provides facts that allow to conclude that if the “Gilets Jaunes” are not yet radicalised, they are pretty far from it. The current social and economical context in France is linked to more severe crisis such as the “Euro” crisis, the CFA crisis, and a certain identity crisis between the people and the leadership. Each of the crisis above is full of ramifications and must be tackled appropriately to find a solution that could prevent France to face violent extremism. It the latter occurs it will affect the entire European Union which currently under significant pressure. The first issue to tackle in France is the identity. The distance between the leadership and the people must be reduced in order to get the needed stability to handle the two other crisis that might help fixing the critical economic situation in France upon which most of the Protestants’ demands are based.

Radicalization is visible in the atitude of the people protesting in France, but violent extremism could still be avoid if appropriate measures are taken by both sides.

Kemi Seba…, back to the roots: “Getting prepared according to the journey”

He is young, appears committed and determined in his struggle and in a dream that many leaders before him have fed. He seems to be the one who will carry part of this prophecy to term and valiantly wears it out in a determination and an enthusiasm that defies many circumstances. he has decided not only to tackle the CFA franc symbol head on, but he is working hard to bring down this system, which is a major obstacle to the development of the countries that use it in Africa according to some French and African economists and experts. it is now very clear that his vision goes beyond dealing with the FCFA, and the question is how far is he preparing to go?

kémi SEBA seems immersed in a deep vision of Africa, in an unheard of communication with its identity and a burning desire to become more rooted given the journey he has undertaken and the path he has taken. it is in this perspective that he makes a descent to the origins, to the source of his Dahomeian culture: “Who goes far enough gets prepared! “.

stelio CAPO-CHICHI said Kemi Seba was on Saturday, March 16, 2019 in Savalou, land of his origins where he met with the King of Savalou, Dadah Gandjègni Awoyo GBAGUIDI 14. A meeting that has certainly allowed the president of the NGO Panafrican Urgences to revive his zeal and receive the blessings that fit. the worthy son of Savalou passed by the pantheon, site of the panafrican resistance an initiative of the late King TOSSOH GBAGUIDI 13. A tribute was paid to the mainland’s sons who sacrificed themselves for the liberation of the African peoples. without omitting to step in the family household. He engaged therefore in a “Back to the roots” carried out in a dimension that no one could describe with perspicacity except himself. However, he is now affirmed and strengthened in his identity and role. only a follow-up on the journey of this young African leader will allow us to witness the ins and outs of his fight for Africa.
This is not just about kemi Seba, it’s about this wonderful African youth that is overflowing from East to West, North to South, millions of young people full of potential and hungry for greatness for this continent. we are talking about leaders who are beginning to become more aware of their responsibilities, given the demands of the people today, and under the guidance of the “contemporary prophets of the African vision” such as Professor Patrick L.O. Lumumba and USTAARABU promoted by Mr. Prost DJENONTIN, people that we hope to have the privilege of introducing you.
Benin Republic as a country is provided with extraordinary men,
Africa as continent is more than the cradle of humanity, it is the “heart” of the world;
the world is a blessing for Africa!

COTMUN 2019: Citizen Diplomacy is a duty…

The Cotonou Model United Nations organized by the Benin Yali Alumni Association and the US Embassy in Benin Republic was quite educative for many participants, and an opportunity for many young people to develop professional and personal relationship. Experienced communicators who have mastered their subjects perfectly enabled the participants, including me to clearly define the main streams of the various issues to be addressed during committee work.

the work in committees went on well, with an impressive capacity of appropriation of delegate roles, especially within ECOSOC where I worked, research and work continued late in the night, sometimes at breakfast or at dinner, moved by the desire to produce excellent work such as the two draft resolutions that were finally voted by the General Assembly without much struggles. It is therefore fitting to pay tribute to the very dynamic representative of Mali (Victory AHEHEHINNOU), the sound representatives of Mexico (Elvis ADJAHOUNGBA) and the Phillipines (Belvida TIOMON BOCO), without clouding the representatives of Venezuela (Thierry TCHANGOLE) and of Saudi Arabia (Gloria GANGNONTO), who were the direct collaborators of the Russia Federation that I proudly represented.

The most interesting aspect of this experience is the notion of “Citizen Diplomacy” introduced by Mr. Horace KOUGNIAZONDE, a concept full of meaning that deserves to be brought to the attention of all youth. The dexterity of the President of the General Assembly, Chimeie Judemary Udechukwu and his team, who brought a considerable professional touch to this event, must also be acknowledged.

the high involvement of all the participants, especially Saudi Arabia and the Netherlands, should be commended, as well as the organizers (the coordinator Benito Koupkohounsi, the expert Cleopatra KOUGNIAZONDE, and the US Embassy).

Special attention to participants from TOGO, MALI and BURKINA FASO without whom the international character of the event would not be effective.

Priviet !!

COTMUN 2019: la diplomatie Citoyenne est un devoir

Le Cotonou Model United Nations organisé par le Bénin Yali Alumni Association et l’Ambassade des USA au Bénin fut un cadre éducatif pour bien de participants, et une occasion pour plusieurs jeunes de tisser des liens de collaboration aussi bien professionnels que personnels. Des communicateurs expérimentés et maitrisant parfaitement leurs sujets ont permis au participants dont je fais partie de bien cerner les contours des différentes problématiques à aborder lors des travaux en commissions.

Les travaux en commissions se sont bien déroulés, avec une capacité d’appropriation des rôles de délégués impressionnante , surtout au niveau de l’ECOSOC oú j’ai travaillé, les recherches et travaux se sont poursuivis tard dans la nuit, parfois aussi bien au petit déjeuner qu’au dîner, animés du profond désir de produire un travail excellent au niveau des deux résolutions qui finalement sont passés à l’Assemblée générale comme des “mails électroniques via gmail”. Il convient donc de rendre hommage au très dynamique représentant du Mali (Victory AHEHEHINNOU), au perspicace représentants du Mexique (Elvis ADJAHOUNGBA) et des Phillipines ( Belvida TIOMON BOCO) , sans oublier les représentants du Vénézuela ( Thierry TCHANGOLE) et de l’Arabie Saoudite (Gloria GANGNONTO), qui étaient les collaborateurs directs de la Russie que j’ai représenté avec joie.

La donne la plus intéressante de cette expérience est bien la notion de “Diplomatie Citoyenne” introduite par monsieur Horace KOUGNIAZONDE, une notion pleine de sens qui mérite d’être portée a la connaissance de toute la jeunesse. Il faut également souligner la dextérité du président de l’Assemblée Générale Chimezie Judemary Udechukwu et de son équipe qui ont apporté une touche professionnelle considérable à cet évènement.

Il faut saluer la vive implication de tous les participants particulièrement l’Arabie Saoudite et les Pays-bas , au même titre que les organisateurs ( le coordonnateur Bénito koupkohounsi; l’experte Cléopâtre KOUGNIAZONDE, et l’ambassade des USA).

Une attention particulière aux participants venus du TOGO, MALI et BURKINA FASO sans qui le caractère international de l’évènement ne serait pas effectif. PRIVIET!!

Kemi Seba…, et l’Arbre plongea ses racines jusqu’à la source: “Qui va loin ménage sa monture”

Il est jeune, apparait engagé et déterminé dans sa lutte et dans un rêve que bien de leaders avant lui ont nourri. Il semble être celui qui portera une partie de cette prophétie à terme et s’y atèle vaillamment dans une détermination et un enthousiasme qui défie bien de circonstances. Il a décidé non seulement de s’attaquer frontalement au symbole du franc CFA, mais il travaille de tout cœur à faire tomber ce système qui s’avère un frein considérable pour le développement des pays qui l’utilisent en Afrique selon un bon nombre d’économistes et d’experts français et africains. Il est aujourd’hui très clair que sa vision va au-delà de la libération du joug du FCFA, et la question c’est jusqu’où se prépare-t-il à aller ?


Kémi SEBA semble plongé dans une vision profonde de l’Afrique, dans une communication inouie avec son identité et un désir ardent de s’enraciner davantage compte tenu du voyage qu’il a entrepris et du chemin qu’il empreinte. C’est dans cette perspective qu’il effectue une descente aux origines, à la source de sa culture Dahôméenne : « Qui va loin ménage sa monture ! ».


Stelio CAPO-CHICHI dit Kemi Seba était le samedi 16 Mars 2019 à Savalou, terre de ses origines où il s’est entretenu avec le roi de Savalou, Dadah Gandjègni Awoyo GBAGUIDI 14. Des échanges qui ont permis certainement au président de l’ONG Urgences Panafricanistes de raviver ses ardeurs et de recevoir les bénédictions qui s’y prêtent. Le digne fils de Savalou fit un passage sur le site du panthéon de la resistance panafricaine qui doit son existence au défunt Roi TOSSOH GBAGUIDI 13. Un hommage a été rendu aux fils du continent qui se sont sacrifiés pour la libération des peuples africains. Sans omettre de prendre par la maison familiale, voilà le retour à la source effectuée dans une dimension que nul ne saurait décrire avec perspicacité si ce n’est lui même. Toutefois, le voilà maintenant affirmé et affermi dans son identité et son rôle. Seul un suivi du parcours de ce jeune leader africain nous permettra d’être témoin des tenants et aboutissants de son combat pour l’Afrique.
Il n’est pas question ici seulement de kemi Seba, il s’agit de cette merveilleuse jeunesse africaine qui regorge de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud, de millions de jeunes remplis de potentiels et qui sont affamés de grandeur pour ce continent. Il est question des leaders qui commencent à prendre davantage conscience de leurs responsabilités vu l’exigence qu’en font les peuples aujourd’hui, et sous l’orientation des « prophètes contemporains de la vison africaine » comme le Professeur Patrick L.O. Lumumba et USTAARABU de Monsieur Prost DJENONTIN que nous espérons avoir le privilège de vous introduire.
Le Bénin comme pays est pourvu d’Hommes extraordinaires,
L’Afrique comme continent est plus que le berceau de l’humanité, c’est le « Cœur » du monde ;
Le monde est une bénédiction pour l’Afrique !

“Blocage du fonctionnement” du gouvernement des USA: Comment s’y prendre pour en sortir?

Un “blocage administratif” du gouvernement mettant environ 400 000 travailleurs sur 800 000 en mode “sans emploi”. Il s’agit d’une situation critique qui affectera certainement des millions de personnes dans le pays si nous prenons en compte le fait que chacun des travailleurs victimes appartient à un ménage composé d’au moins trois personnes. C’est vraiment énorme. .Mais ce qui est inquiétant, c’est la probabilité de voir la situation durer assez longtemps si l’on considère la motivation du Congrès et du président Trump concernant le financement de la construction du mur frontalier entre le mexique et les USA. Il est extrêmement important que le président Trump obtienne 5,6 milliards de dollars US pour construire ce mur qui est un element majeur de son programme gouvernementale en matière de sécurité. Certes, il sera prêt à lutter jusqu’à ce qu’il obtienne ce qu’il veut, mais la question est de savoir «qu’en est-il de la volonté américaine exprimée par la position du Congrès? .est-ce pertinent pour l’évolution du programme gouvernemental? ”.

Pour répondre à cette question sur le poids de la volonté du peuple américain à ce sujet, il est important de revenir au processus électoral aux États-Unis, en particulier au système électoral. Il est clair que la meilleure façon de diriger pour un leader est de faire la volonté de ceux qui l’ont élu. Il était évident au regard de la période de campagne qui a conduit le président Trump au pouvoir que la plupart des citoyens américains ne souhaitaient pas directement le voir président des États-Unis, mais le système électoral aux États-Unis ne semble pas permettre au citoyens d’exprimer directement leurs voix lorsqu’il s’agit d’élire le président des États-Unis. Il appartient prioritairement aux grands électeurs d’exprimer directement la volonté du peuple, rendant ces électeurs extrêmement incontournables pour quiconque souhaite accéder à la Maison-Blanche. Cet impressionnant système électoral, s’il est effectivement établi que «le vote populaire» ne voulait pas du président Trump, a révélé son incapacité à exprimer fidèlement l’essence de la démocratie qui est la premature de la seule volonté du peuple. Ce n’est donc pas le président Trump qui va directement à l’encontre de la volonté du peuple américain, mais plutôt c’est le système américain qui semble avoir besoin d’une certaine révision pour maintenir sa démocratie à jour en fonction de l’évolution de l’environnement politique dans le pays.

Vu sous cet angle, il est compréhensible que le président Trump insiste sur le fait qu’il exécute fidèlement la volonté du peuple américain. Il convient de rappeler qu’il a été élu au pouvoir, défiant de nombreux analyses d’experts et Des sondages sur les tendances de l’époque. La “Trumpfolicy” ne semble pas être uniquement en rapport avec la politique étrangèrère, elle semble également redéfinir la politique nationale. Cependant, la durabilité d’une telle conduite «extrêmement impopulaire» de gestion des affaires de l’État est quelque chose qui retiendrait certainement l’ attention de tous les analystes des relations internationales.

Une lecture traditionnellement basée sur l’approche scientifique veut qu’un tel style de gestion soit condamné à disparaître avec le départ du président Trump. Cependant, si l’on considère «l’effet domino» produit dans de nombreux autres pays, qui adoptent une approche plus nationale du leadership et font en sorte que les socialistes prennent en main la gestion des États, il ne sera pas surprenant que ce style de gestion dure plus longtemps que prévu.

Deux issues possibles de sortie de cette situation de crise administrative qui n’est pas du tout dans l’intérêt du gouvernement et du peuple:

1- Le président Trump dans sa stratégie «Piss you off and get you back» pourrait certainement obtenir les fonds nécessaires pour construire le mur après des négociations avec le congrès. Bien qu’il semble qu’il ne soit pas avantageux pour les citoyens de payer pour un mur dont l’utilité économique et professionnelle est non négligeable pour eux. Certaines tendances révèlent environ 50 milliards de dollars générés fréquemment par la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis et environ 500 millions de personnes qui traversent chaque jour. Cela ne doit pas être sous-estimé.

.2- La deuxième solution pourrait être un geste étonnant du président Trump, qui comprendrait probablement qu’il est le président de tout le peuple américain et que le Congrès exprime le mieux la volonté du peuple, et donc il abandonerait son idée de construire le mur. Cela pourrait lui coûter la confiance des gens qui l’ont élu au pouvoir et faire ressortir un côté plus sensible de lui qui semble ne pas exister jusqu’à présent. Le résultat d’une telle décision sera également difficile à cerner, mais sera certainement apprécié par de nombreux citoyens et pourrait être utile au président Trump à l’avenir.

Considérant le but même du leadership et de la démocratie hautement inscrit dans la constitution des États-Unis d’Amérique ainsi que dans de nombreuses constitutions dans le monde, c’est-à-dire: “diriger uniquement pour le peuple, et donc tenir compte impérativement de la volonté du peuple tout en protégeant l’humanité”. Il n’est pas mature de refouler la «volonté» du peuple quand elle est clairement identifiée, même si cela semble être une énorme erreur d’après la vision du leader. »Il est sage, à un moment donné du leadership, de permettre au peuple de faire leurs erreurs. surtout si cela va permettre d’éviter les frustrations. Aucun scientifique, ne pouvait prédire avec exactitude le niveau actuel des manifestations en France, qui est le résultat de plusieurs années de frustrations dont les dirigeants n’avaient pas suffisamment tenu compte. Les récents événements, qui ont créé plein de frustrations, ont donc exposé le gouvernement français à la situation instable actuelle du pays. C’est pour attirer l’attention du président Trump et du gouvernement américain sur le risque encouru par la récente série de décisions, en particulier depuis l’arrivée du président républicain en place. Les américains semblent régulièrement frustrés, et l’accumulation de tels sentiments est une porte ouverte à la révolte qui pourrait être dévastatrice et emporter des aquis qui ont pris des siècles à construire.

La deuxième approche de solution pourrait être extrêmement bénéfique pour le gouvernement et ce peuple américain actuellement .Cela empêchera une éventuelle escalade et baissera la pression qui semble assez forte aux États-Unis. Cependant, il est peu probable que le président opte pour cette deuxième option en raison de la cohérence dont il a fait preuve jusque là dans la mise en oeuvre de son programme. Cela n’exclu pas le potential unique du président Trump à surprendre son environnement.

Donnez votre avis sur cette pensée en partageant votre analyse à travers votre commentaire.

.

The Government “shutdown” in the US: what is the way forward?

A government shutdown puting about 400.000 thousands workers over 800.000 on a forloughs mode. This is a critical situation that definitely will affect millions of people in the country if we take into consideration the fact that each of the workers victims belongs to a household made of at least 3 people. That is definitely huge. But the worrying aspect is the probability to see the situation last for quite a long time looking at the vim of the Congress and President Trump on this very matter of funding the building of the Mexican and US Border wall. It is extremely relevant for President Trump to secure 5.6 billions US dollars to build that wall which is a key point on his Agenda. Definitely he will be willing to wrestle till he gets what he wants, but the question is “what about the will american people expressed by the Congress’ position? Does it matter for the president’s agenda?”.

To answer this question of the American people’s will on the subject it is important to go back to the elections process in the US, especially the voting system. It is clear that the right way to go for a leader is to do the will of the people that have elected him/her. It was obvious looking at the campaign period that led President Trump into office that most of the citizens of the US were not directly interested into having him as the US president, but the voting system in the US seems to not make the citizens will directly expressive and relevant when it comes electing the President of the US. It is up too some specific people to express the will of the people directly, making therefore the Will of these electors extremely relevant for whoever wants to access the white House. This impressive elections system, if indeed it is established undoubtedly that “the popular vote” did not want President Trump, has exposed its failure to faithfully express the essence of Democracy which is the soly Will of the people. It is not therefore President Trump who is directly going against the will of the American people, but rather the american system that appears to need a certain revision to keep its democracy updated to evolving environment of politics in the country.

Looking at it from that angle, it is understandable and quite comprehensive to hear President Trump insisting on the fact that he is faithfully carrying out the will of the american people. Let us be mindful of the fact that he was voted into power defying many experts analysis and pools on the tendencies at the time. Trumpfolicy appears to not be only a unique foreign policy initiative for it appears to redifine the domestic policy as well. However, the sustainability of such an “extremely unpopular” way of conducting the state business is something that every international affairs analysts will be willing to observe and appreciate. Traditionally one is tempted based on the scientific approach to assert that such a management style is doomed to die with the departure of President Trump. However, looking at the “domino effect” that is being produced in many other countries, adopting a more national approach to leadership and having socialists taking over states’ management, it won’t be a surprise to have such a management style last more that it seems to be capable of.

The way forward for this Government shutdown which is not at all in the interest of the government and the people could be perceived as follow:

1-President Trump in his “Piss you off and get you back strategy” might definitely get the funds to build the wall after some negotiations with the congress. Altough it appears that it is not beneficial for the people to pay for the wall that they seem to not even want looking at the economical and professional usefulness of the trafic at that very US and Mexico border. For some tendencies revealed about 50 billions US dollars generated by the border frequently and about 500 millions people trafic on a daily basis. That is not to be underestimated.

2- The second way could be an amazing move of President Trump who probably understands that he is the President of all the american people and that Congress expresses the best the people’s wishes and let go his commitment to build the wall. That might cost him the trust of the people that voted him into power and show up a more sensitive part of him that seems to not exist so far. The outcome of such a decision is difficult to analyse as well but definitely will be appreciated by many citizens and could be useful to President Trump in the future.

Looking the very purpose of leadership and democracy highly enshrined in the constitution of the United states of America as well in many constitutions in the world, which is That ” we lead for the people as in The citizens, and shall taken their will into consideration while protecting humanity. It is not matured to push away the “will” of the people when it is clearly identified even if that will appears to be a huge mistake according to leader.” It is wise at certain point of leadership to allow the people to do their mistakes especially if this is going to help to avoid frustrations. Nobody as a scientist could be able to forsee with exactitude the level on ongoing protest in France which is the result of several years of ongoing frustrations that were not appropriately addressed by the leadership. The recent events full of frustrations therefore exposed the government to the current unstable situation of the country. This is to draw the attention of President Trump, and the american on the risk that is being taking looking at the recent sets of decisions especially since the arrival of the sitting republican President. The people seem to frustrated regularly, and the accumulation of such feelings is an open door to revolt that could be devastated and take down things that have taken centuries to be built. The second option could extremely beneficial to the Government and that people. It will prevent eventual escalation and slow down the pressure that seems quite high now in the US. However, President is not likely to move for option two base on the consistency he has demonstrated on achieving his agenda. This does not shadow the ability of the leader to surprise his environment.

Have your say on this thought by sharing your analysis through your comment.

Why is RFI “persona non grata” for the rest of the elections’ process in DR Congo?

The DRC government faithful to its line of conduct was not deprived of withdrawing the accreditation of the RFI correspondent in the country, Florence Morice, and found it useful to cut down the radio’s broadcasting accusing it of allowing communication on the results tendencies information that could lead to create turmoil in the country. The first question that comes to mind is whether this government is empowered to make such a decision and what could be the reasons That brought to that?

The DRC government once again is acting within the limits of its prerogatives. the government is absolutely free to give or withdraw accreditation to any person and authorize or not the broadcast of any media institution, especially when it considers that it is a matter of national security and maintenance of public order. Moreover, the government is the only one who can determine on the basis of information available all that constitutes a threat to the security and stability of country. This is proper to most countries in the world, not just for the DRC. Seen from this angle, withdrawing the accreditation followed by cutting down the Internet is quite understandable.

it should be noted that since the very beginning of this election process and the refusal of the DRC to receive the help of the international community in the organization of these elections and the last postponements, several discussions on RFI have not hidden the doubt about the inability of the DRC to organize credible elections. the use of a term like “chaotic elections” does not seem at all neutral in the communication approach. these elements, even if carried out with the utmost professionalism, are not likely to encourage the probable efforts made by the Congolese government in satisfying a thirst for democratic transition that has tormented its people for about two years. these elements and many others that we do not necessarily have access to may have motivated the DRC to adopt this attitude which is not at all new with respect to RFI, which is probably perceived as an “instrument” of the international community by Kinshasa.

However, this attitude can be perceived as a hindrance to freedom of expression and an unfriendly and transparency free attempt to manage the electoral period, especially if the shutdown of the internet for almost a week now in the DRC is added to this.

between the idea of a preventive measure to maintain national security, public order and the deprivation of freedom of expression, it must be said that scientifically national security and law enforcement are perceived as non-negotiable and have priority when it comes to states’ decision-making process. which could technically explain this decision-making. It could also be said that despite the administrative will of President Kabila who is no more candidate, the efforts of the CENI, the unsuccessful attempt to come together of the Congolese opposition parties, it seems that the “international community” is making efforts to take down any idea of credible presidential elections in DRC. In the whole story, the Congolese people remain the only true victims of this situation. They will have to exercise utmost maturity so as not to be dragged into Violence .

s.

.

RFI “persona non grata” pour la suite des élections présidentielles en RDC: Pourquoi?

Le gouvernement de la RDC fidèle à sa ligne de conduite ne s’est pas privé de retirer l’accréditation de la correspondante de RFI, Florence Morice, sur son territoire et a jugé utile de couper l’émission des antennes de la radio Internationale, l’accusant de permettre la diffusion des résultats partielles de nature à créer des troubles dans le pays. La première question qui vient à l’esprit est de savoir si ce gouvernement est habilité à prendre une telle décision et qu’est ce qui peut bien motiver cela?

Le gouvernement de la RDC une fois de plus agit dans les limites de ses prérogatives. Il est tout à fait libre à priori de donner ou de retirer l’accréditation à toute personne et autoriser ou non l’émission des ondes de toute institution médiatique, surtout lorsqu’il estime qu’il est question de sécurité nationale et de maintien de l’ordre publique. Là encore, il est le seul à pouvoir determiner sur la base des informations dont il dispose de tout ce qui constitute une ménace pour la sécurité et la stabilité de son pays. Vu sous cet angle ce rerait d’accréditation suivi de coupure de l’internet est tout à fait compréhensible.

Il faut noter que depuis le démarrage de ce processus d’élections et le refus de la RDC de recevoir l’aide de la communauté Internationale dans l’organisation de ces élections et les derniers reports, plusieurs discussions sur RFI n’ont pas caché le doute sur l’incapacité de la RDC à organiser des élections crédibles . l’utilisation d’un terme comme “élections chaotiques” ne semblent pas du tout neutre dans l’approche de communication. Ces éléments même si déroulés dans le plus grand professionnalisme ne sont pas de nature à encourager les probables efforts fournis par le gouvernement Congolais dans la satisfaction d’une soif de transition démocratique qui tourmente son peuple depuis environ 2 ans. Ces éléments et bien d’autres que nous ne maitrisons par forcément peuvent avoir motivé la RDC a adopter cette atitude qui n’est pas du tout nouvelle vis à vis de RFI, qui est probablement perçu comme un “instrument” de la communauté Internationale par Kinshasa.

Toutefois, on peut percevoir cette atitude comme une entrave à la liberté d’ expression et une tentative peu catholique dans la gestion de la période électorale si on ajoute à celà la coupure de l’internet depuis presqu’une semaine en RDC.

Entre la thèse d’une mesure préventive pour maintenir la securité nationale, l’ordre public et celle de la privation de la liberté d’expression , il faut dire que scientifiquement la sécurité nationale et le maintien de l’ordre sont perçus comme non négociables et ont la priorité sur tout processus de prise de decision en matière étatique. Ce qui peut justifier cette prise de décision.

En outre, on peut dire que malgré la volonté administrative du président Kabila qui ne se représente pas, les efforts de la CENI, la tentative d’union vaine de l’opposition congolaise, il semble que la “communauté Internationale” ménage des efforts pour préparer le terrain à ne pas considérer comme crédibles ces élections présidentielles. Le peuple congolais reste la seule véritable victime de cette situation. Qu’il fasse donc preuve de maturité pour ne pas se laisser entrainer dans des Violences.

Elections présidentielles en RDC: Comprendre l’expulsion de l’ambassadeur de l’Union Européenne

L’Union européenne a été invitée à rappeler son ambassadeur, M. Bart Ouvry, en RDC dans un délais de 48 heures le 27 décembre 2018, par le ministre des Affaires étrangères du pays, Leonard She Okitundu. une demande fondée sur le principe de réciprocité selon certaines analyses, suite au renouvellement des sanctions à l’encontre de 14 personnalités politiques de la RDC le 10 décembre 2018. Ces sanctions ont été prises à la suite des reports d’élections depuis deux ans et de la répression exercée par le gouvernement sur certains manifestants à l’époque. La demande est considérée comme arbitraire et absolument non appropriée par la représentante de l’UE, Frederica Morgehrini.

il est important de souligner que cela s’est fait dans le respect des règles du droit international et des pratiques diplomatiques. La RD Congo n’a enfreint aucune loi ni aucun principe des relations internationales. Au contraire, le pays a simplement utilisé un outil diplomatique reconnu par la communauté internationale. par conséquent, la décision de monsieur Leonard Okitundu pourrait être arbitraire et non appropriée mais certainement légale.

En examinant la pertinence d’une telle décision, il serait utile de comprendre d’abord les sanctions prises à l’encontre des personnalités politiques de la RDC et leurs conséquences probables sur le processus de développement du pays, qu’elles soient économiques, politiques ou sociales au cours des deux dernières années . cette évaluation nous laissera trois options:

1- S’il est établi que les sanctions ont été utiles au développement de la RDC, que ce soit sur le plan économique, politique ou de quelque manière que ce soit, améliorer les conditions de vie de la population congolaise, le renvoi de l’ambassadeur de l’UE pourrait être considéré comme non approprié et, de surcroît, un “crime contre le peuple “. Cependant, il semble assez difficile de penser et même d’établir que les sanctions prises ont directement contribué au développement du pays.

2- S’il est prouvé que les sanctions ont été plutôt un obstacle au développement du pays, cette décision prise en réponse à de telles sanctions est plus que la bienvenue et le gouvernement pourrait être accusé d’avoir attendu pendant deux ans avant de prendre des mesures réciproques.

3-Le troisième point d’analyse qui pourrait être exploré est qu’il s’agit d’un jeu diplomatique, d’une démonstration du “pouvoir” entre l’UE et la RDC, et ne devrait pas être une priorité pour les citoyens, mais une pertinence pour les experts des relations internationales. cela pourrait être perçu comme un développement intéressant dans le sens oú il n’est pas courant de voir des États africains appliquer ainsi la réciprocité lorsque des sanctions et des mesures sont prises à leur encontre par les institutions internationales occidentales. cela s’inscrit dans le changement de comportement en cours des États africains sur la scène internationale.

Selon vous, quelle hypothèse explique le mieux la question? Partagez votre avis avec nous dans un commentaire.

DR Congo Presidential elections: understanding the need to send away the EU’s Ambassador Bart Ouvry

The European Union was asked to recall its ambassador Mr. Bart Ouvry in RDC within 48 hours on the 27th of December 2018 by the country’s foreign minister Leonard She Okitundu. A request base on the principle of reciprocity according to some analysis, in response to the renewal of sanctions against about 14 political figures of the RDC the 10 December 2018. Those sanctions were taken following the several postponement of elections for the past 2 years and the repressions of some people protesting at the time. The request is considered as arbitrary and definitely unappropriated by the EU’s leader Frederica Morgehrini.

It is important to underline the fact that this is done within the rules of international law and diplomatic practices. The DR Congo has not breached any law or principle of international affairs, on the contrary the country has simply made use of a diplomatic tool acknowledged by the international community. Therefore the decision of mister Leonard Okitundu might be arbitrary and unappropriated but definitely legal.

Looking at the relevance of such a decision it would be helpful to understand firstly the sanctions taken against the political figures of the DR Congo and the probable consequences of those sanctions on the development process of the country, deem it economic, political, or social during the two last years . this evaluation will leave us with three options:

1- If it is established that the sanctions have been useful to the DR Congo’s development whether economically, politically, or in any way better the living conditions of the Congolese people, sending the EU’s ambassador away could be considered as unappropriated and moreover a “crime against the people”. However it seems quite difficult to think about, and even establish that the sanctions taken have directly contributed to the development of the country.

2- If it is proven that the sanctions have been rather a hindrance to the development of the country, then this decision in response to such sanctions is more than welcome and the government could be blamed to have allow this to last 2 years before taking reciprocal measures.

3-The third point of analysis that could be explored it the alternative of a simple diplomatic game, a demonstration of “power” between the EU and the DR Congo, and should not be a priority for the people, but relevant for international affairs analysts that could see an interesting development, in the sense that it is not common to see African States taking such reciprocal decisions when sanctions and measures are taken against them by western institutions. This falls within the ongoing shift of behaviors of the African states in international Affairs.

Which of the hypothesis do you think explains the best the issue?

Leave a comment to share your interesting thoughts with us…

RDC Presidential elections of December 2018: a way to peace and social cohesion or a political uncertainty?

The presidential elections in the DRC deserve to be given major importance and particular attention, especially from African leaders, for both political and social reasons, and whether national or international.

postponed several times with spearheading the categorical refusal to see President Kabila stand as a candidate for his own succession, we can say that the Congolese people seemed to have taken a giant step towards peace when this demand was met. however, some continued to see a political manipulation of the president with the absence of a heavyweight like Jean Pierre Bemba in the race for the presidency. Until then, the certainty of a presidential election in the DRC was strong enough, the refusal to receive help from the international community, especially the use of MONUSCO election materials, added to the seemingly destruction of some voting machines appears to lead the majority of experts to believe that it will not be possible to hold elections on December 30, 2018, and if they stood then it would not be credible at all, highlighting the inability of the DRC to organize these elections. the question is how can it be explained that a country which natural resources seem to contribute to the development of a considerable number of economic “great powers” can not afford to organize presidential elections? in what way does the involvement of the international community guarantee the credibility of the elections and the absence of disputes at the end of the process?

we still remember the elections in Ivory Coast that have been involving the international community, which did not prevent the post-election violence between pro Gbagbo and supporters of President Ouattara. Therefore, it is key to draw the attention of 2 groups of political actors that might have a critical role to play in the way political events may go in the DRC:

1-the Heads of State of the Central African Subregion and the African Union;

it is already important that the heads of state of the sub-region meet to discuss how to ensure political stability in the region, which inevitably depends on the political stability of the DRC. it would be wise to address security issues at the border level to ensure that external elements can not cause trouble, a probability of assistance if material incapacity is proven, and other aspects of ensuring political stability in the region. The African Union will do well in getting through its mechanisms involved to monitor the process in order to avoid a situation of violence that could lead to human casualties.

2-The Congolese people;

The Congolese people must demonstrate great maturity and not be lured by political leaders in a probable escalation of post-election violence of which they remain and remain the only direct victims. a retrospective on past violence exposes a loss of life memorable that should inspire a permanent search for a peaceful method. Africa needs more than ever all its sons, and any human sacrifice whose fruits can not be immediate is a “crime against the community”, a crime that seems to have been committed for years by the majority of political opposition groups in Africa. The latter have to question their strategies.

Scheduled to be held on December 23, 2018, postponed to December 30, 2018 and partially in March 2019 in some regions in the DRC, it is clear that the elections must be held in this country that is hungry for political transition and stability to better start its development. we can therefore wonder what will be the political situation of this country essential to the development of Africa from January to March 2019 when elections will be held in currently unstable areas due to security and public health issues. Is it wise to postpone partially the presidential election? What could be the outcome of such a decision of the elections committee? Here is the food for thought that I bring to your table fellow readers and international affairs analysts…

Elections présidentielles de Décembre 2018 en RDC: un pas vers la paix et la cohésion sociale ou une incertitude politique?

Les élections présidentielles en RDC méritent qu’on y accorde une importance capitale et une attention particulière surtout de la part des leaders africains pour des raisons à la fois politiques et sociales nationales, africaines, voire simplement internationales.

Reportées plusieurs fois avec pour fer de lance le refus catégorique de voir le président Kabila se présenter comme candidat à sa propre succession, on peut dire que le peuple congolais semblait avoir réussi un pas de géant vers la paix lorsque cette demande fut satisfaite. Toutefois, certains ont continué à voir une manipulation politique du président avec l’absence d’un poids lourd comme Jean Pierre Bemba dans la course pour la présidence. Jusque là, la certitude d’une élection présidentielle en RDC était assez forte, le refus d’une aide de la communauté Internationale en particulier l’utilisation des matériels d’élections de la MONUSCO, semble conduire la majorité des experts à penser qu’il ne sera pas possible de tenir des élections le 30 décembre 2018, et si elles se tenaient alors ce serait pas du tout crédible, soulignant l’incapacité de la RDC à organiser ces élections. La question est comment peut on expliquer qu’un pays dont les resources naturelles semblent contribuer au développement d’un nombre considérable des “grandes puissances” économiques ne puisse pas avoir les moyens d’ organiser des élections présidentielles? En quoi l’implication de la communauté internationale garantie la crédibilité des élections et l’absence des contestations à l’ issue du processus?

On se souvient encore des élections en Côte d’ivoire, qui ont connu une implication de la communauté Internationale, ce qui n’a pas empêché les violences post-électorales entre les pro Gbagbo et les partisans du président Ouattara. Il convient d’attirer l’ attention de 2 groupes d’acteurs politiques dont dépend la suite des évènements politiques actuellement en RDC:

1-les chefs d’Etats de la sous-région de l’Afrique Centrale et l’Union Africaine;

C’est déjà important que les chefs d’Etats de la sous-région se réunissent pour discuter de comment assurer une stabilité politique dans la région, dont dépend inévitablement la stabilité politique de la RDC. Il serait judicieux d’aborder les questions de sécurité au niveau des frontières pour éviter que des éléments extérieurs puissent semer le trouble, de réfléchir à une probabilité d’assistance si l’incapacité matérielle de la CENI en RDC est avérée, et tout autre aspect en vu de maintenir une stabilité politique dans la région.

2-Le Peuple Congolais;

Le peuple congolais doit faire preuve d’une grande maturité en évitant de se laisser entrainer par les leaders politiques dans une probable escalade des violences post-électorales. Les populations restent et demeurent les seules victimes directes. Une retrospective sur les violences antérieures expose une perte en vies humaines mémorable qui devrait inspirer une recherche permanente de methode pacifique. L’afrique a plus que jamais besoin de tous ses fils, et tout sacrifice humain dont les fruits ne peuvent pas être immédiats constitue un “crime contre la communauté”, crime que semble commettre depuis des années la majorité des groupes d’opposition politique en Afrique, qui certainement doivent remettre en cause leurs stratégies.

Prévues pour se tenir le 23 décembre 2018, reportées au 30 décembre 2018 et partiellement en Mars 2019 dans certaines régions de la RDC, il est clair que les élections doivent se tenir dans ce pays qui a soif de transition politique et de stabilité pour mieux amorcer son développement. On peut donc se demander quelle sera la situation politique de ce pays essentiel au développement de l’Afrique de Janvier jusqu’en Mars 2019 oú se tiendront les élections dans les zones actuellement instables pour raisons de santé publique et de sécurité. Est ce judicieux de procéder à un report partiel? Telle est la réflexion à laquelle nous vous invitons!

IMDID-BENIN: Être Volontaire c’est Honorable!

IMDID Bénin a organisé les 14 et 15 décembre 2018 la deuxième session de la première édition de la Conférence des Jeunes Diplomates (COJED) , une initiative unique en son genre pour le moment au Bénin et qui à le mérite de constituer un cadre de réflexion scientifique et d’apprentissage des principes et mode de fonctionnement de la diplomatie internationale. Elle s’inscrit dans une perspective d’amélioration continue. C’est un évènement organisé par des jeunes, pour des jeunes avec l’appuis des experts et partenaires tous autant jeunes. C’est une jeunesse qui se prend effectivement en charge, avec le travail des volontaires bénévoles dont la seule satisfaction est de contribuer irréfutablement au développement de la communauté.

La COJED 2018 a porté sur ” la Place de la paix et de la sécuritée dans la gestion de la migration irrégulière “. 5 commissions sur les 6 avaient été renvoyées par l’assemblée générale pour améliorer leurs réflexions en juin 2018, et 5 projets de résolutions sur 6 ont été adoptées en décembre 2018. Ceci dénote d’une nette amélioration dans la qualité du travail. Ces travaux seront disponibles sur notre site (imdidvolunteers.com) pour consultation.

Nous avons eu droit à l’expertise de Madame Omoloto Carine HOUNSINOU sur “les droits de l’Homme et les défis de la migration”, le Professeur James GBAGUIDI sur le thème ” l’esclavage sur la route des migrations illégales : à qui incombe la responsabilité de cette situation? “; Monsieur Ardant DJENONTIN sur “Rôles des collectivités dans le maintien de la paix et la gestion des mouvements migratoires”; et le le président de l’Observatoire Africain pour le développement Endogène, Monsieur Yanick BAGLO sur “Radicalisation et migrations des jeunes en Afrique”. Chacun des experts a su avec délicatesse et professionalisme aborder leurs sujets de façon à permettre aux participants de cerner davantage la problématique générale. Et ceci dans un élan de volontariat.

Les différents chefs de délégations ont livré des discours impressionnants parmi lesquels il faut souligner le travail de l’honorable HOUNTONDJI Bidossessi Fulgencia (Best Speech Award) représentant le Niger et celui de l’honorable NOUKPO Mouzemilou qui aurait pu facilement lui ravir cette distinction. Deux jeunes pétries d’aptitudes de communication et de recherches remarquable. On ne saurait mettre en exergue les qualités diplomatiques de l’honorable Siré DIA venu tout droit du Mali (Best Delegate Award) et le travail exceptionnel de la Commission chargée des questions politiques spéciales et de la décolonisation présidée par l’honorable Amzath ABDOULAYE. C’est aussi le lieu de saluer le travail impeccable du comité d’organisation coordonné par Bernis AKPOVI (Présidente du comité) et Samia AROUNA (Vice présidente IMDID BENIN). Mais le plus grand travail reste et demeure celui de tous les volontaires qui à un moment donné ont dégagé de leur précieux temps pour contribuer au développement de la communauté africaine. D’oú la nécessité d’encourager nos volontaires également à travers le Best volunteer Award décerné à l’honorable Christian COMBE et bien d’autres distinctions.

Vous pouvez nous soutenir dans la réussite de la COJED 2019 qui promet d’être une version améliorée : imdidbenin@gmail.com/+229 62946151

Illegal Migration: A scourge or a necessity?

2017-11-03-14-01-43--2010427443.jpg

The issue of illegal migration has been at the heart of the international news for a few days with the event of the pact of Marrakesh that made a lot of ink and caused demonstrations in Europe. this seemingly thorny issue has attracted much more attention since CNN, through a video that has certainly traveled the world, highlighting the inhuman and even exclusionary treatment of African migrants in Libya. This therefore deserves reflection. a profound observation of the comments of those who embark on this perilous journey towards the European “El Dorado” presents irregular migration as a necessity, or the analysis of the behavior of the inhabitants of certain European countries chosen as destinations by these migrantspresents illegal migration as a scourge.we are wondering whether it is indeed a scourge or a necessity?

Migration itself is the most natural thing in human behavior. It is in man’s nature to move from point A to point B it is this which explains the multiple efforts of the States living to devote the principle in their multiple international agreements. We can mention the free movement of people and goods in the ECOWAS area and the principle of Shengen space in Europe. It must be emphasized that the Universal Declaration of Human Rights regards migration as a right. Seen in this light, one can begin by understanding the thesis of irregular migration as a necessity. It should be emphasized that irregular migrants are much more reliant on the difficult living conditions that can be explained by the situations of permanent political, economic, social and cultural crises that African countries seem to have been experiencing for years. the latter therefore opt for irregular migration which, despite the risk of insecurity, remains the easiest option for them because they do not slide on travel documents for the most part and are pressured by the ardent desire to emerge from poverty. a whole family is fast.

for the partisans of the thesis of the scourge, one can understand their position when one takes into consideration the massive turn that the movement of migration seemed to take. it must also be admitted that the European countries are also strongly affected by the economic crisis and find themselves in a dynamic of redefinition of priorities; This will not necessarily provide the funding needed to take care of migrants.

It should be remembered that what is systematically questioned by the majority is the degrading and even exclusionary treatment of irregular migrants.

a deep analysis of the issue allows us to understand that irregular migration is neither a scourge nor a necessity, it is a social situation that can be better framed as follows:

1-A national education approach;

it is necessary to educate the people that engage in such risky journey about the different processes of regular migration,  and human rights. The myth of the “European Eldorado” should be taken out of our minds. an education on the need for Africans to contribute to the development of the continent by staying there and opening the door to cultural, economic and political. integration.

2- A National political approach;

reinforce political strategies for creating wealth and jobs for young people, easing legal migration processes if they are inaccessible and actively and intensely cut down the various  of smugglers of irregular migration networks. It appears to be quite a very beneficial business for smugglers to engage people in illegal migrations. They make impressive money out of it and seemingly organize the activity very well, form marketing to ability to go over the borders controls. Actions must definitely be taken to put an end to their activity and their existence, breaking down the various means of illegal migrations. 

3-.An International Approach;

it aims at puting in place the diplomatic measures necessary for a more humane to migration, whether legal or illegal. We could say that the pact of Marrakesh is a starting point. However, it appears that several international are already existent, the only issue is their application on the field, the respects of those values and principles pertaining to the treatment of migrants. All of them suffer from the same trouble awaiting this new pact of Marrakesh: no way to make it compulsory when it comes to respecting the various dispositions. A situation that highly understandable when we take in account the notion of sovereignty of States and mostly the diversity of national interests and priorities as well as national policies are concerns. Is therefore relevant to build up new mechanisms or documents to regulate e treatment of migrants while it is extremely difficult sometimes to apply the existing regulations?

La Migration irrégulière: un fléau ou une nécessité?

000-gu3ts-1.jpg

La question de la  migration irrégulière est au coeur  de l’actualité internationale depuis quelques jours  avec l’évènement du pacte  de Marrakech qui a fait coulé beaucoup d’encre et occasionné des  manifestations en Europe. Cette question qui semble épineuse captive beaucoup plus l’ attention depuis que CNN à travers  une vidéo  qui a certainement fait le tour du monde a mis  en exergue le traitement inhumain, voire exclavagiste que subissent les  migrants africains en Lybie. Ceci mérite donc réflexion. Une observation profonde des propos des personnes qui se lancent dans  ce  voyage périleux vers le “El Dorado” Européen présente  la  migration irrégulière comme une nécessité, or l’ analyse du comportement des habitants de certains pays européens choisis comme destinations par ces migrants présente la  migration irrégulière comme un  fléau. On vient donc à se demander si elle est en effet un  fléau ou une nécessité?

La migration en soi est ce  qu’il y a de plus naturelle dans le comportement  human. Il est de la  nature de l’Homme de se déplacer d’un point A à un  point B. C’est ce  qui explique les  multiples efforts des  Etats vivant à consacrer le principe dans  leurs multiples accords internationaux. On peut citer la  libre circulation des  personnes et des  biens  dans  l’espace CEDEAO et le principe de  l’espace Shengen en Europe. Il  faut souligner le fait que la  Déclaration  Universelle Des  Droits de l’Homme considère  la  migration comme un  droit. Vu sous cet angle on peut commencer par comprendre la  thèse  de la  migration irrégulière comme une nécessité. Il convient de souligner que les  migrants irréguliers se fondent  beaucoup plus sur les  conditions de vie difficiles qui peuvent s’expliquer par les situations de crises politique, économique, sociale et culturelle permanentes que semblent traverser  les  pays africains depuis des  années. Ces derniers optent donc pour une migration irrégulière qui malgré le risque d’insécurité que cela présente reste l’option la  plus facile pour eux car ne disposant pas de documents de voyage pour la  plus part et pressés par le déssir ardant de sortir de la  pauvreté toute une famille et vite.

Pour les  partisants de la  thèse  du fléau on peut comprendre leur position lorsqu’on prend en considération  la  tournure massive que semblait prendre le mouvement  de migration. Il  faut aussi admettre que les  pays européens sont fortement  frappés aussi par la  crise économique et se retrouvent dans  une dynamique de redéfinition des priorités; ce  qui ne permettra pas forcément de disposer du financement nécessaire pour prendre en charge les  migrants.

Retenons que ce  qui est systématiquement mis  en cause par la  majorité  c’est le traitement dégradant et voire exclavagiste que subissent les  migrants irréguliers.

Une analyse profonde de la  question nous permet de comprendre que la migration irrégulière n’est ni un fléau ni une nécessité, c’est une situation sociale  qui peut être mieux encadrée comme suit:

1-Une démarche pédagogique;

Il faut éduquer les personnes concernées sur les  différents processus de migrations régulières, les  droits humains , casser  le mythe des  ” eldorado européens”; une éducation sur la  nécessité pour nous africains de contribuer au développement du continent en y restant  et en ouvrant la  porte au brassage culturel est une alternative. Faire une lumière sur notre potentiel africain et nos valeurs pour booster notre  self-esteem est nécessaire.

2-Une démarche politique;

Renforcer les strategies politiques  de creation de richesses et d’emplois des jeunes, un assouplissement des processus de migration légale s’ ils sont inaccessibles, et une répression  active et poussée des réseaux de passeurs  des  migrations irrégulières

3-.Une démarche Internationale;

Elle vise à mettre en place les  mesures diplomatiques néssaires pour un  traitement plus humain des  migrants qu’ils soient légales oú illégales. On peut dire que le pacte  de Marrakech est un début dans  cette perspective.

Du Sénégal à l’Afrique du Sud passant par le Rwanda, que nous prépare la Chine?

2018-07-26-14-57-01-1380067011

Le dirigeant chinois a décidé de visiter l’Afrique, et le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont été sélectionnés pour ce voyage diplomatique. une telle démarche en cette période où la position de la Chine en tant que première puissance économique du monde pourrait être confirmée ou non est une situation intéressante à analyser pour les spécialistes des relations internationales du monde entier. Comment pourrait-on comprendre la visite du président Xi jinping? pourquoi le choix de ces trois pays africains? Quelle attitude les pays africains pourraient-ils adopter pour tirer pleinement parti de l’intérêt qu’a la Chine  pour l’Afrique?

La visite du président Xi Jinping en Afrique est loin d’être touristique, le dirigeant chinois semble être en voyage très stratégique qui pourrait contribuer efficacement à faire d’elle incontestablement la première puissance économiques mondiale. L’Afrique a été identifiée comme l’endroit où va se jouer en grande partie le destin économique et social du monde, c’est pourquoi à part quelques Africains qui quittent le continent, la plupart des puissances du monde et ceux qui aspirent à atteindre ce niveau sont de plus en plus présents en Afrique . Ainsi, parmi eux, la Chine a compris le caractère stratégique de l’Afrique et depuis plusieurs années agi en conséquence. C’est la raison pour laquelle des cadres de coopération et des accords ont été établis avec la plupart des pays africains, donnant accès à un grand marché  et à l’opportunité de propulser davantage l’économie chinoise. La Chine a donc trouvé un moyen de gagner un vaste marché de construction d’infrastructures de grande envergure  en Afrique à travers l’implication d’hommes d’affaires et d’ingénieurs chinois au cours des 30 dernières années, et ceci tout en investissant aussi énormément d’argent. Cependant, il reste encore beaucoup à faire en Afrique et le marché continue de croître en termes de population. Tout Etat ayant toujours des liens forts et mutuellement profitables avec l’Afrique aura de forte chance d’être première puissance économique mondiale. la guerre commerciale en cours “provoquée” par les Etats-Unis affectera évidemment l’économie mondiale si la plupart des nations économiquement puissantes s’y lancent, et celles qui resteront grandes seront seulement celles avec des marchés commerciaux alternatifs considérables, et l’Afrique est l’une des plus prometteuses. en terme de marché alternatif.

Le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont probablement été choisis stratégiquement pour des raisons très spécifiques:

images-12

Le Sénégal est actuellement l’une des principales puissances économiques francophones en Afrique et a tiré profits de sa coopération avec la Chine, en particulier lorsqu’il s’agit de la construction d’infrastructures.

images-31

Le Rwanda est une grande puissance économique en plein essor en Afrique et le président Kagame dirige actuellement l’Union Africaine. Il convient de souligner que le Rwanda et la Chine ont une cinquantaine d’années de coopération, même pendant les périodes de conflits la Chine était présente, et a contribué de manière considérable à la reconstruction du pays.

images-21

La position de l’Afrique du Sud sur le continent n’est pas polémique, ce pays fait partie des  plus grandes  puissances  économiques d’Afrique. Les trois pays identifiés et visités sont des puissances économiques incontestables de leurs sous-régions, à savoir l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale et orientable, ainsi que l’Afrique australe. Nous avons donc bien plus que 3 pays impliqué dans ce seul déplacement diplomatique mais plutôt 3 puissantes régions économiques de l’Afrique. Si le président Xi jinping a pu renforcer sa coopération avec ces trois pays qui représente beaucoup dans leurs régions économiques, il aurait réussi à préparer davantage le terrain qui permettra à la Chine de survivre à une éventuelle guerre commerciale entre elle et les Etats-Unis ainsi que d’autres puissances économiques mondiales.

La Chine offre donc une grande opportunité aux pays africains de s’affirmer ou de s’enliser économiquement, tout dépend de l’atitude de chaque Etat africain pris individuellement et de tous les Etats  pris en bloc. Cela nécessite des stratégies diplomatiques africaines axées sur le développement. tout dépend des diplomates  dans la mesure où les différents accords de coopération qui seraient signés détermineront la manière dont les affaires seront conduites entre les parties impliquées. il semble que le Sénégal, le Rwanda et l’Afrique du Sud ont su faire bon usage de leur coopération avec la Chine au cours des 30 dernières années et qu’il serait profitable pour les autres pays africains d’apprendre d’eux, surtout du Rwanda qui semble se développer plus vite que les autres. Toutefois, le plus important sera l’atitude comme en  bloc qui est celle qui contribuera de manière significative au développement durable du continent. il ne sera pas approprié d’avoir des accords individuels avec la Chine qui ne seraient pas en faveur des peuples, mais seulement dans l’intérêt de certains dirigeants ou d’une poignée de personnes. les dirigeants africains devraient trouver un moyen par lequel les différentes institutions régionales telles que la SADEC, la CEDEAO, l’UA, harmoniseront les critères qui doivent les guider dans leur processus de coopération avec la Chine, ce qu’elles pourraient accepter et ce qu’elles ne devraient pas accepter pour le bien des populations africaines. cela pourrait s’appeler le “Guide de Coopération Africaine”. Un document bien élaboré qui aidera les États africains à promouvoir les intérêts des peuples africains dans leurs diverses approches diplomatiques avec le reste du monde. l’existence d’un tel document en entraîne l’existence préalable d’un autre qui indiquera clairement la voie à suivre en matière de politique étrangère de l’Afrique que l’on pourrait appeler «le Plan d’Action Africain». Ce dernier doit être spécifique sur les objectifs de développement du continent tout en précisant le timing à suivre, il s’agit d’un travail de prévision minutieux qui servira de boussole à la  diplomatie africaine tout en tenant compte des  spécificitées culturelles et régionales. C’est un plus que de savoir que le président Kagame dirige actuellement l’Union africaine, et je crois qu’il est un homme de vision et d’actions, des qualités qui le conduiront certainement à prendre la bonne directive avec l’aide de cette génération de dirigeants africains soucieux du bien être du continent.

From Senegal to South Africa passing by Rwanda, what is China up to?

2018-07-26-14-57-01-138006701

The Chinese Leader has decided to visit Africa and Senegal, Rwanda and South Africa were selected for this diplomatic trip. Such a move at this very moment where China’s position as leading economy of the world could be confirmed or not is an interesting situation to be analyzed for international Affairs analysts all over the world. How could the visit of President Xi jinping be understood? Why the choice of these three African countries? What atitude could the African countries adopt in order to take fully advantage of the interest of China in dealing with Africa?

President Xi Jinping’s visit to Africa is far from being touristic, the Chinese leader seems to be on a very strategic trip that may well contribute efficiently to its leading economy’s position in the world. Africa has been identified as where everything is going to happen for the coming years, that’s why apart from some Africans that are leaving the continent, most of the first world countries and those aspiring to reach such level are increasingly having interests in being present in Africa. Thus, among them is China that understood the strategic relevance of Africa several years ago and acted according to it. This is the reason why partnership contracts and agreements have been established with most of the African countries, giving access to a wonderful market and opportunity to make the Chinese economy better. China has therefore found a way to build so far significant infrastructures in Africa through the involvement of chinese businessmen and constructors for the past 30 years while investing also huge amount of money. However, much more still need to be built in Africa and the market is still growing in terms of populations. Who ever has  strong and mutually profitable tights with Africa might stand strongly as an economic Leader in the world. The ongoing trade war initiated by the USA will obviously affect the Global economy if most of the economically powerful nations embarked in it, and those that will stand tall will be only the one with considerable alternative commercial markets, and Africa is one of the most promising alternative market.

Sénégal, Rwanda and South Africa could have been strategically chosen each for very specific reasons:

images-11

Senegal is currently one of the leading francophone economies in Africa, and has taken advantage of the partnership with China especially when it comes building infrastructures.

images-3

Rwanda is a rising giant economy in Africa and President Kagame is the sitting leader of the African Union. It is appropriate to underline the fact that Rwanda and China have about 50 years of cooperation, even during the conflictual periods in the country China was present, and has significantly helped in building the country.

images-2

South Africa’s position in Africa is not polemical, it is quite obvious that the country is among the best developed economies. The three countries identified and visited are leading economies in their subregions namely West Africa, Central and Eastern Africa, and Southern Africa. So we are having involved in this single trip more than 3 countries, but 3 powerful economic regions involved. If President Ping has been able to enhance his partnership with these 3 countries that are more than relevant in their economic regions thus in Africa, he would have prepared a serious back up plan that will allow China to survive eventual trade war with the USA and other leading economies of the world.

China is therefore offering a big opportunity to African countries to stomp or to dive economically, it all hangs on the atitude of each African state taken individually and as a block. This requires very sustainable development oriented diplomatic skills from African diplomats. It all hangs on them in the sense that the various partnership agreements that would be signed, for this treaties and agreements will determine the way businesses will be conducted between the parties involved. It appears that Senegal, Rwanda, and South Africa might have been capable of make good use of their cooperation with China for the past 30 years, of could be profitable to the other African countries to learn from them, especially from Rwanda that seems to move faster than the others. The issue will be with the atitude as a block which is the one that will significantly contribute to the sustainable development of the continent. It will not be appropriate to have individual deals with China that could not be in favour of the people but rather only in the advantage of some leaders or a handful of people. The African leaders ought to find a way through which the various regional organizations such as SADEC, ECOWAS, AU, to harmonize the criteria that must lead them in their cooperation with China, what could they accept and what shouldn’t they accept for the sake of the African populations. This could be called the “African Cooperation Guide”. A well elaborated document that helps African States in their various diplomatic approaches with the rest of the world. The existence of such document entails another one that clearly states the way for Africa’s foreign policy that could be called the ” African Agenda”. The latter must be specific about the development goals of the continent within a certain timeframe. It very good that President Kagame has the leadership of the African Union currently, and I believe he is a man of vision and actions, qualities that will definitely lead him to take the right stand with the uprising enleightened african leaders.